Archive de l’étiquette webmarketing

Le métier de Community Manager

Cet article va vous présenter le métier de Community Manager (CM). Son profil, ses missions ou encore son salaire : nous vous disons tout.

En quoi consiste le métier de community manager ?

Si le Community Manager travaille souvent en agence, il peut aussi travailler pour des annonceurs. C’est en effet lui qui s’occupe des réseaux sociaux de la marque pour laquelle il travaille. Il gère donc la communication avec les internautes et fait part à l’entreprise des réactions de sa communauté. Il est en quelque sorte l’ambassadeur de la marque en ligne.

community manager

Les missions du Community Manager

Ses missions sont donc les suivantes :

  • Interagir avec la communauté en ligne
  • Créer du contenu (blog, fiches produit…)
  • Proposer des concours
  • Accorder des promotions aux abonnés
  • Développer des stratégies de communication
  • Planifier des posts en ligne

En résumé, le Community Manager gère grandement la vie de communauté sur Internet. Il doit évidemment faire des retours à l’entreprise, qui adapte ensuite ses choix en conséquence.

Les compétences requises pour ce métier

Les compétences à avoir changent d’une mission à l’autre. Néanmoins, la maîtrise des réseaux sociaux est nécessaire. Il faut aussi avoir un excellent sens de la communication, une bonne culture web et des capacités de rédaction. Dans l’idéal, un bon CM dispose de notions de référencement ainsi qu’en design. Il doit aussi être une personne stratégique.
Selon les missions, il peut avoir besoin de compétences sur un domaine précis. Quoiqu’il en soit, il lui faut des compétences solides en webmarketing.
Et enfin, le CM est diplomate. Répondre aux internautes avec virulence pourrait en effet affecter l’image de la marque.

Côté salaire

Un débutant touche environ 1500€/net par mois. Mais ce chiffre évolue avec l’expérience, surtout s’il travaille pour une marque réputée. Il peut même travailler pour une célébrité !

Ce métier vous attire ? Vous pouvez suivre une formation en communication pour devenir Community Manager.

La publicité digitale : histoire et intérêt

Aujourd’hui la publicité digitale est très répandue, plus que la publicité à la télévision ou dans la rue. Vous avez déjà dû remarquer les bannières au coin de votre écran, lorsque vous êtes sur les réseaux sociaux par exemple. Souvent, elles correspondent à vos centres d’intérêt. Nous vous expliquons dans cet article d’où vient la publicité digitale et pourquoi elle est autant utilisée.

La première publicité en ligne

Elle date du 27 octobre 1994. Une bannière au format rectangulaire, avec un texte coloré sur fond noir, accrocheuse et intrigante. Elle avait pour but de mettre en avant l’opérateur téléphonique AT&T. Le prix d’affichage était le même que pour une publicité sur papier, soit 10000€ par mois. Ce fut un véritable succès car 44% des internautes concernés ont cliqué sur la bannière. L’initiative a rapporté plusieurs milliards de dollars à l’entreprise sur le long terme.

première publicité digitale

L’évolution de la publicité digitale

Bien longtemps, le format bannière s’est imposé. Depuis, d’autres formats ont été utilisés. Parmi eux, les pop-ups, tout de même déconseillés car ennuyeux pour l’utilisateur. Il y a également la publicité vidéo, que vous trouverez notamment avant de pouvoir visionner une vidéo sur YouTube. L’utilisation de plus en plus fréquente des réseaux sociaux sur mobile pousse les entreprises à réaliser des publicités attractives sur tout support.
Publicités cliquables, annonces publicitaires… Il y a énormément de moyens de faire de la publicité en ligne.

Et en 2017, son histoire connait un beau tournant : les investissements ont dépassé ceux pour la télévision !

Pourquoi la publicité digitale colle souvent avec mes centres d’intérêt ?

Quand vous vous promenez sur le web, vous laissez des traces par le biais des cookies. Nous n’entrerons pas dans les détails à ce sujet, mais ce sont ces cookies qui permettent à une entreprise de savoir ce que vous faites sur son site. En recueillant et en étudiant ces données, elles peuvent adapter leurs publicités à vos attentes. En plus de cela, les réseaux sociaux s’assurent que les publicités qu’ils affichent sur votre écran vous correspondent au mieux. Le tout dans l’optique de rentabiliser leurs actions.

La publicité sur Internet aujourd’hui

Elle se fait de plus en plus essentielle pour faire connaître une entreprise. En effet, la plupart des gens utilisent régulièrement Internet et les réseaux sociaux. Ils seront donc très susceptibles de tomber sur votre publicité en ligne. C’est pourquoi il ne faut pas laisser cela de côté !

Si vous désirez vous y mettre sans trop savoir comment faire, nous pouvons vous aider. Il suffit pour cela de nous contacter.

Le métier de consultant SEO

Cet article, a pour but de vous présenter le métier de consultant SEO. Qu’est-ce qu’un consultant SEO ? Quelles sont ses missions ? Quel est son salaire moyen ?

le métier de consultant SEO

Les besoins en SEO (Search Engine Optimization)

Posséder un site internet est déjà un très bon pas en avant dans sa communication. Toute entreprise (marchande ou non) se doit d’être présente sur internet afin d’exister.

Les moteurs de recherche, comme Google, référenceront rapidement votre site internet. Néanmoins, il y a de fortes chances que votre site soit classé dans des pages qui ne seront jamais consultées. Plus de 90% des utilisateurs s’arrêtent à la première page de résultats.

C’est ici qu’intervient le consultant SEO : il vous permet de monter rapidement dans les premiers résultats de Google. Cela vous facilite donc amplement la recherche de clients : ils viennent directement à vous.

Effectivement, le démarchage téléphonique, le porte-à-porte ou les prospectus sont des méthodes à proscrire. Les potentiels clients détestent être importunés, ils préfèrent faire une recherche par eux-mêmes, afin de gagner en confiance.

RTL et Bloctel, les conseils pour éviter les appels intempestifs

Le métier de consultant SEO

Le consultant SEO est à mi-chemin entre un expert en marketing et un expert en développement web. Il doit aussi avoir une petite fibre littéraire (ou tout du moins, ne pas faire de fautes en orthographe).

Google cherche à proposer du contenu de qualité dans ses premières pages de résultats, afin que l’utilisateur est une bonne expérience pendant sa navigation.

  • contenu lisible
  • phrases pas trop longues
  • phrases qui s’enchaînent facilement
  • images de qualité
  • navigation simple

Voici que quelques exemples des 200 critères (minimum) que recherchent Google pour classer un site.

On estime qu’un expert en SEO connaît un maximum de 120 critères, les critères restants ne sont connus que par l’IA de Google. Cette dernière étant en constante évolution, le consultant SEO doit donc s’adapter et se remettre à niveau très régulièrement.

Le consultant SEO a donc pour mission d’optimiser votre site internet pour correspondre aux standards de Google. Ceci afin de proposer aux utilisateurs une bonne expérience sur internet. A l’opposé donc des démarchages intempestifs ou des sites internet illisibles.

le métier de consultant SEO

Le salaire d’un consultant SEO

Le consultant SEO est généralement en Freelance. En début de carrière, il peut ainsi gagner entre 1 600 et 2 100 euros par mois Cependant, un expert en SEO peut facilement gagner beaucoup plus.

Le métier de consultant SEO vous tente ? N’hésitez pas à consulter nos pages sur le référencement web pour en savoir plus (ou nous rejoindre 🙂 ).

SEA, SEO & SEM…

SEO SEA SMO SEM

Lorsque vous commencez pour la première fois une campagne de référencement, ou de webmarketing, vous vous retrouvez face à plusieurs acronymes : SEM, SEO, SEA, SMO… Il n’est pas simple de s’y retrouver dans ces différentes techniques proches mais cependant éloignées. Il y a un point commun dans ces techniques : SE, pour Search Engine ou Moteur de Recherche (Google, Bing, Qwant…) en français.

 

 

Le SEA : Search Engine Advertising

Le SEA est une technique pour amener des visiteurs sur votre site, via la publicité. Celles-ci peuvent être, par exemple :

  • les premiers résultats que l’on retrouve sur les moteurs de recherche
  • les publicités affichées sur différents sites ou réseaux sociaux
  • les annonces pendant des vidéos Youtube

Il existe ensuite différentes méthodes comme le CPC (Coût Par Clic, vous payez quand un visiteur arrive sur votre site) ou le CPM (Coût Pour Mille, vous payez tous les mille affichages de votre publicité). Puis chacune des méthodes fonctionne par un système d’enchère : plus vous payez par rapport à vos concurrents, plus votre site sera visible.

L’avantage du SEA est qu’il donne des résultats rapidement visible, mais si vous l’arrêtez, votre taux de visite va descendre en flèche.

 

Le SEO : Search Engine Optimization

Si le SEA peut se rapprocher du marketing traditionnel (cela ne reste que des publicités que l’on paie pour être visible), le SEO n’est dédié qu’à internet. Avec le SEO, nous recherchons à faire remonter votre site dans les premières pages des moteurs de recherche.

Comment cela fonctionne ? Difficile à dire sans être trop technique, mais c’est un ensemble de méthodes pour “plaire” à l’algorithme de google. En plus celui-ci évolue constamment… Il y aurait plus de 2000 critères ! On peut cependant en retenir quelques-uns:

  • se concentrer sur un mot-clef par page
  • faire attention à votre orthographe et à votre grammaire
  • être clair et précis
  • ne pas copier/coller le contenu d’un autre site
  • avoir des liens externes vers votre site

Et oui, “spammer” un mot-clef sur une page (en blanc sur fond blanc…) ne fonctionne plus, bien au contraire, cela peut vous faire descendre !

L’avantage du SEO est qu’il est durable, une fois que vous êtes dans les premiers résultats, vous y restez. Cependant, cela peut prendre du temps en fonction de vos concurrents.

 

Le SMO : Social Media Optimization

Encore trop souvent délaissé, le SMO est votre présence sur les réseaux sociaux. Attention, il ne suffit pas d’avoir une page Facebook et de la laisser à l’abandon : il faut aussi la rendre active, en postant régulièrement et en répondant aux messages. En moyenne, il est bon d’être présent sur deux réseaux sociaux avec une activité régulière.

formule SEO SEA SMO SEM

Et le SEM ? Le Search Engine Marketing

Le SEM signifie, littéralement, le marketing sur les moteurs de recherche. Ce qui peut se simplifier par : le référencement. C’est donc le regroupement de toutes les autres techniques que nous venons de voir. Nous vous aidons à mettre en place vos campagnes de webmarketing, dans notre section dédiée.

Qu’est-ce que le “Growth Hacking” ?

Littéralement, le “Growth Hacking” signifie “piratage de croissance”, cependant cela n’a rien à voir avec des techniques de malversation. Au contraire, il fait partie du marketing moderne en allant beaucoup plus loin. En rejetant la prospection agressive du marketing, il cherche à plaire aux clients avant de rechercher le bénéfice.

Pourquoi un nom mi-marketing mi-technique ?

En 2010, son créateur, Sean Ellis, souhaitait mettre à profit ses compétences en informatique au service du marketing. Un bon “Growth Hacker” doit alors être compétent dans plusieurs domaines :

  • le marketing, qui reste la base du concept
  • en analyse de données
  • en SEO (Search Engine Optimization) pour être au courant des nouveautés sur le référencement
  • en culture web, afin d’être à jour sur les nouveautés
  • en développement pour mettre au point de nouvelles fonctionnalités
  • mais aussi en psychologie sociale, en anthropologie… pour certains, afin de s’intéresser aux attentes et aux habitudes du public

Le “Growth Hacking” est donc un ensemble de plusieurs techniques issues de différents univers, afin de mieux s’adapter à l’évolution d’internet.

En détail, ça consiste en quoi ?

Le “Growth Hacking” tourne autour d’un système de tunnel : la matrice AARRR. Celle-ci se décompose en 5 étapes :

  • l’Acquisition, cette étape est la même qu’en marketing traditionnel. Vous recherchez à avoir des visiteurs sur votre site. Le marketing s’en occupe et met en place des méthodes pour améliorer vos performances. La première page que vos visiteurs voit est donc primordiale. Si elle ne possède pas les éléments attendus (informations, contact…) vos visiteurs repartiront.
  • l’Activation, à partir de cette étape nous ne rentrons plus dans le domaine du marketing, qui se contente d’amener des clients sur votre site. Maintenant, nous cherchons à le faire participer et à rester. C’est pourquoi il est primordial d’appeler votre visiteur à l’action, en le faisant cliquer sur un lien de contact, découvrir une offre, s’inscrire à une newsletter…
  • la Rétention, votre visiteur a aimé votre site, il a même réalisé une action (ou plusieurs sur votre site). C’est maintenant à vous de lui montrer que vous l’aimez en lui proposant des mises à jours, des articles réguliers, des offres promotionnelles, organiser des événements…
  • le Revenu, votre visiteur se plaît sur votre site, il s’y sent bien. Il devient client en effectuant un achat.
  • le Referral, vos clients deviennent maintenant vos ambassadeurs. Ils ont l’habitude de venir sur votre site, voir faire des achats, ils vous font confiance. Leur parole sur les réseaux sociaux est un signe de qualité pour leurs amis, qui passent alors en étape d’Acquisition.

Aucune de ces étapes ne doit être mise de côté, chacune est indispensable à la suivante.

growth hacking

C’est bien sympa d’expliquer tout ça, mais cela fonctionne ?

Voici quelques exemples connus, vous pouvez vous en inspirer pour lancer une entreprise (ils ont tous commencé avec peu de budget) :

  • Youtube a permis aux vidéastes d’insérer leurs vidéos sur leurs propres sites ou blogs. La popularité de Youtube a démarré tout de suite en flèche.
  • Spotify partageait sur Facebook la musique que vous écoutiez (avec un lien vers leur site bien entendu). Vos amis étaient alors invités à faire de même.
  • DropBox offrait gratuitement de l’espace de stockage en invitant vos amis à créer un compte.
  • Hotmail qui plaçait comme signature “PS : I love you. Get your free E-mail at Hotmail”. Technique simple mais diablement efficace, Apple a réutilisé la même technique avec l’Iphone.
  • Twitter, donc les inscriptions ne décollait pas, a eu l’idée de proposer des personnes à suivre dès la fin de l’inscription. Faisant ainsi vivre votre fil d’actualité.

Ils ne vous restent plus qu’à vous lancer !