Qu’est-ce que le “Growth Hacking” ?

Qu’est-ce que le “Growth Hacking” ?

Littéralement, le “Growth Hacking” signifie “piratage de croissance”, cependant cela n’a rien à voir avec des techniques de malversation. Au contraire, il fait partie du marketing moderne en allant beaucoup plus loin. En rejetant la prospection agressive du marketing, il cherche à plaire aux clients avant de rechercher le bénéfice.

Pourquoi un nom mi-marketing mi-technique ?

En 2010, son créateur, Sean Ellis, souhaitait mettre à profit ses compétences en informatique au service du marketing. Un bon “Growth Hacker” doit alors être compétent dans plusieurs domaines :

  • le marketing, qui reste la base du concept
  • en analyse de données
  • en SEO (Search Engine Optimization) pour être au courant des nouveautés sur le référencement
  • en culture web, afin d’être à jour sur les nouveautés
  • en développement pour mettre au point de nouvelles fonctionnalités
  • mais aussi en psychologie sociale, en anthropologie… pour certains, afin de s’intéresser aux attentes et aux habitudes du public

Le “Growth Hacking” est donc un ensemble de plusieurs techniques issues de différents univers, afin de mieux s’adapter à l’évolution d’internet.

En détail, ça consiste en quoi ?

Le “Growth Hacking” tourne autour d’un système de tunnel : la matrice AARRR. Celle-ci se décompose en 5 étapes :

  • l’Acquisition, cette étape est la même qu’en marketing traditionnel. Vous recherchez à avoir des visiteurs sur votre site. Le marketing s’en occupe et met en place des méthodes pour améliorer vos performances. La première page que vos visiteurs voit est donc primordiale. Si elle ne possède pas les éléments attendus (informations, contact…) vos visiteurs repartiront.
  • l’Activation, à partir de cette étape nous ne rentrons plus dans le domaine du marketing, qui se contente d’amener des clients sur votre site. Maintenant, nous cherchons à le faire participer et à rester. C’est pourquoi il est primordial d’appeler votre visiteur à l’action, en le faisant cliquer sur un lien de contact, découvrir une offre, s’inscrire à une newsletter…
  • la Rétention, votre visiteur a aimé votre site, il a même réalisé une action (ou plusieurs sur votre site). C’est maintenant à vous de lui montrer que vous l’aimez en lui proposant des mises à jours, des articles réguliers, des offres promotionnelles, organiser des événements…
  • le Revenu, votre visiteur se plaît sur votre site, il s’y sent bien. Il devient client en effectuant un achat.
  • le Referral, vos clients deviennent maintenant vos ambassadeurs. Ils ont l’habitude de venir sur votre site, voir faire des achats, ils vous font confiance. Leur parole sur les réseaux sociaux est un signe de qualité pour leurs amis, qui passent alors en étape d’Acquisition.

Aucune de ces étapes ne doit être mise de côté, chacune est indispensable à la suivante.

growth hacking

C’est bien sympa d’expliquer tout ça, mais cela fonctionne ?

Voici quelques exemples connus, vous pouvez vous en inspirer pour lancer une entreprise (ils ont tous commencé avec peu de budget) :

  • Youtube a permis aux vidéastes d’insérer leurs vidéos sur leurs propres sites ou blogs. La popularité de Youtube a démarré tout de suite en flèche.
  • Spotify partageait sur Facebook la musique que vous écoutiez (avec un lien vers leur site bien entendu). Vos amis étaient alors invités à faire de même.
  • DropBox offrait gratuitement de l’espace de stockage en invitant vos amis à créer un compte.
  • Hotmail qui plaçait comme signature “PS : I love you. Get your free E-mail at Hotmail”. Technique simple mais diablement efficace, Apple a réutilisé la même technique avec l’Iphone.
  • Twitter, donc les inscriptions ne décollait pas, a eu l’idée de proposer des personnes à suivre dès la fin de l’inscription. Faisant ainsi vivre votre fil d’actualité.

Ils ne vous restent plus qu’à vous lancer !

Wladimir Lapostolle
Wladimir Lapostolle

C’est plus de 15 ans d’expérience en informatique : Infographiste, développement de site internet, formateur en informatique…