Archive de l’étiquette internet

Les 5 langages de programmation à connaître

Vous souhaitez développer vos propres sites internet ? Mais vous ne savez pas par où commencer ? Vous souhaitez suivre une formation ou intégrer une école mais vous ne savez pas quels cours suivre ? Voici les 5 langages de programmation à connaître pour créer des sites modernes !

HTML et les langages de programmation web

HTML

Créé en 1993, avec les premiers sites web, l’HyperText Markup Langage est alors la base de tout site internet. Sa structure simple en balises permet ainsi un apprentissage rapide tout en vous laissant de la liberté. Voici un exemple de code :

<html>

<head>

<title>Titre de la page</title>

</head>

<body>

<p>Voici le contenu de ma page !</p>

</body>

</html>

Tout ce qui est contenu dans les balises “html” permet d’afficher la page. Dans le “head”, vous trouverez ainsi les informations qui ne sont pas nécessairement visible par le visiteur. Ensuite dans le “body”, se trouve le contenu à afficher, ici une balise “p” pour créer un paragraphe.

L’apparition des balises “div” a ainsi permis une structuration par “blocs” beaucoup plus ergonomique et pratique.

La maîtrise des balises “div” permettent alors de répondre à une demande actuelle : le responsive design.

CSS et les langages de programmation web

CSS

Les Cascading Style Sheets (créés en 1996) permettent d’embellir vos pages web facilement. Le CSS a ainsi causé l’abandon de l’attribut “style” dans le HTML qui n’était ni pratique ni progressiste.

Un exemple pour signifier que l’ensemble de mes paragraphes doivent être en rouge et justifiés :

p

{

color: red;

text-align: justify;

{

L’intérêt du CSS est qu’il vous permet de changer une donnée qui aura alors un impact sur tout votre code. Cela vous évite de devoir changer chaque instance et ainsi gagner du temps.

Des générateurs de code permettent aussi d’embellir vos sites rapidement.

Il est aussi possible de créer des animations grâce au CSS avec des sites comme TheAppGuruz.

Structurer un site complet grâce au HTML et au CSS tout en répondant au responsive design peut sembler complexe. Cependant Bootstrap permet plus de faciliter. Il est dorénavant indispensable de le maîtriser pour créer des sites modernes (ou tout autre framework s’en rapprochant).

JavaScript et les langages de programmation web

JavaScript

Le JavaScript vous permet de créer plus de dynamisme dans vos pages web. Et ainsi créer des applications web originales.

Changer la couleur d’un texte en le survolant avec sa souris. Agrandir une image en cliquant dessus. Afficher des blocs en scrollant sur son site… Sont le genre de fonctions qui plaisent aux visiteurs, en rendant la navigation sur votre site unique.

Ce code permet par exemple d’afficher une popup demandant au visiteur de valider sa majorité :

if (confirm(‘Pour accéder à ce site vous devez être majeur.’))

{
alert(‘Vous allez être redirigé vers le site.’);
}
else {
alert(‘Désolé, revenez quand vous serez majeur !’);
}

Le site peut ensuite être généré en fonction de son choix. Par exemple, en ne donnant pas toutes les fonctionnalités d’un chat ou d’un forum aux mineurs.

PHP et les langages de programmation web

PHP

Le PHP (Hypertext PreProcessor) est ce que l’on appelle un langage “serveur”. Cela signifie qu’il est traité en amont de l’ordinateur de l’utilisateur : sur le serveur du site internet. Cela permet plus de sécurité que les langages précédent mais surtout une plus grande liberté dans le “dynamisme”.

Par “dynamisme”, nous n’entendons pas la même chose que le “dynamisme” du JavaScript. Ici il n’est pas question de changer les couleurs ou d’ajouter des effets visuels.

Le “dynamisme” du PHP repose sur un changement des informations en fonction de l’utilisateur. Les sites en PHP contiennent généralement un formulaire d’inscription. Celui-ci permet alors au site d’aller piocher ces informations dans une base de données.

Pour faire plus simple :

  • Si vous êtes abonnés à Netflix, votre accès (pouvoir visionner des films…) ne sera pas le même qu’un non abonné (à qui nous proposerons une inscription).
  • Votre fil d’actualité Facebook (ainsi que votre profil) n’est pas le même que celui de vos amis.
  • Vos suggestions sur YouTube dépendent de votre comportement sur ce même site, indépendamment de vos collègues.

La majorité des sites actuels reposent sur du PHP : réseaux sociaux, e-commerce, moteurs de recherche…

Des bases peuvent être acquises sur des sites comme OpenClassroom. Cependant, le PHP nécessite de la pratique pour en connaître toutes les subtilités.

SQL

SQL

Le SQL est le dernier de nos 5 langages de programmation.

Le SQL est le langage qui va vous permettre de communiquer entre votre site en PHP et votre base de données en ligne.

Voici un exemple :

$bdd->exec(‘INSERT INTO utilisateurs(prenom, nom, age, email, mdp) VALUES(‘$prenom’, ‘$nom’, ‘$age’, ‘$email’, ‘$mdp’)’);

Cette requête vous permet d’insérer un nouvel utilisateur grâce à un formulaire précédemment rempli. Le mot de passe doit bien entendu être crypté avant l’enregistrement. Sinon vous pouvez briser les libertés de vos utilisateurs et de ne pas être conforme au RGPD !

En maîtrisant ces 5 langages de programmation, vous serez prêts à vous lancer dans la création de n’importe quel site internet !

C’est quoi le Machine Learning ?

Le Machine Learning est une partie de l’Intelligence Artificielle (IA). Il offre aux systèmes la possibilité d’apprendre et de s’améliorer automatiquement à partir de leur expérience.

Le Machine Learning se concentre sur le développement de programmes informatiques pouvant accéder à des données. Il les utilisent ensuite pour s’améliorer.

machine learning
L’intelligence artificielle est présente dans notre culture depuis des années (livres, cinéma, jeux vidéo…).

Le processus d’apprentissage commence par des observations ou des données, telles que des exemples, une expérience directe ou des instructions. Ceci afin de rechercher des modèles (ou pattern) dans les données et de prendre de meilleures décisions dans le futur. L’objectif principal est de permettre aux ordinateurs d’apprendre automatiquement sans intervention humaine ni assistance et d’ajuster les actions en conséquence.

Plusieurs catégories de Machine Learning

  • Les algorithmes d’apprentissage automatique supervisés peuvent appliquer ce que l’on a appris dans le passé à de nouvelles données. Ceci en utilisant des exemples pour prédire des événements futurs.
  • Les algorithmes d’apprentissage automatique non supervisés sont utilisés lorsque les informations utilisées pour s’entraîner ne sont ni classées ni étiquetées. Le système explore les données et peut tirer des déductions à partir de jeux de données.
  • Les algorithmes d’apprentissage automatique semi-supervisés se situent quelque part entre l’apprentissage supervisé et l’apprentissage non supervisé. Dans la mesure où ils utilisent à la fois des données étiquetées et non étiquetées. Les systèmes qui utilisent cette méthode sont capables d’améliorer considérablement la précision de l’apprentissage. Habituellement, l’apprentissage semi-supervisé est choisi lorsque les données étiquetées acquises nécessitent des ressources qualifiées et pertinentes pour pouvoir se former.
  • Les algorithmes d’apprentissage automatique par renforcement sont une méthode d’apprentissage qui interagit avec son environnement. Ceci en produisant des actions et en découvrant des erreurs ou des avantages. Cette méthode permet aux machines de déterminer automatiquement le comportement idéal dans un contexte spécifique afin d’optimiser ses performances.

L’apprentissage automatique permet d’analyser d’énormes quantités de données. Bien qu’elle fournisse généralement des résultats plus rapides et plus précis afin d’identifier des opportunités rentables ou des risques dangereux. Elle peut également nécessiter du temps et des ressources supplémentaires pour se former correctement. L’apprentissage automatique, l’IA et les technologies modernes rendent plus efficace le traitement de gros volumes d’informations.

Petit lexique du web

Pas toujours facile de s’y retrouver quand on parle d’internet. Call to action, QR Code, SEO… Nous vous aidons à y voir plus clair et à comprendre le langage d’internet grâce à ce lexique du web.

Tout d’abord…

Adwords: Régie publicitaire de Google, qui affiche des bannières publicitaires soit en fonction des mots clés demandés par l’utilisateur soit en fonction de son comportement de navigation. C’est pour cela qu’après avoir été voir un modèle de montre sur Amazon, vous allez avoir plusieurs de publicités en rapport qui vont s’afficher toute la journée.

Base de données: C’est un “conteneur”. Elle permet de stocker et de ressortir différentes informations qui possèdent un lien entre elles.

Call to action: En Français “Appel à l’action”. En effet le Call to Action qui peut prendre la forme d’un bouton, d’un lien, d’une image… incite l’utilisateur à cliquer et donc à effectuer une action sur le site. Par exemple: M’inscrire à la newsletter, ajouter au panier, profiter d’une offre…

Downloader: Tout simplement télécharger un fichier venant de l’extérieur, sur son ordinateur.

E-commerce: Un site e-commerce est un site qui permet de vendre en ligne. En effet, l’utilisateur peut composer un panier avec les différents articles disponibles sur le site et les payer via un paiement sécurisé.

Forum: Un forum est un espace d’échange entre internautes. Par exemple, il peut réunir différentes personnes autour d’une passion commune. En effet chaque utilisateur a accès aux messages du forum et a la capacité d’y répondre ou d’ajouter du contenu.

Géolocalisation: Ce sont les différentes techniques mises en place pour savoir où l’utilisateur se situe physiquement. Donc grâce à l’activation de votre GPS, il est possible de savoir précisément où vous vous trouvez.

Dans ce lexique du web nous avons aussi :

Hashtag: Mot ou expression précédé du symbole #. Les hashtags sont utilisés dans les réseaux sociaux et permettent de réunir différentes publications autour d’un même centre d’intérêt.

Internet: Si vous ne devez en retenir qu’un c’est bien celui là ! En effet Internet est le réseau informatique mondial. Celui qui vous permet d’être en ligne, de pouvoir accéder aux moteurs de recherches, vos sites, votre messagerie…

JavaScript: C’est un langage de programmation qui permet la création de pages web dynamiques.

KPI: Tout d’abord il faut dire que KPI est l’acronyme de “Key Performance Indicator”. Outil marketing, il permet de rendre compte de l’efficacité d’une campagne, par exemple. Cela permet de mesurer le résultat d’une action mise en place.

Lien HyperTexte: Lien permettant de rediriger l’internaute vers une autre page internet. Par exemple, si vous cliquez sur ce lien, vous allez être redirigez sur notre page d’accueil. Si vous cliquez sur celui-ci sur le Wikipédia consacré aux fusées postales. (Oui, il a existé des fusées postales et oui il y a une page Wikipédia dessus…)

Moteur de recherche: Si nous devions vous citer un exemple ce serait bien sur Google. Un moteur de recherche est une page web contenant une barre de recherche. Vous devez saisir votre recherche dans celle-ci et des milliers de résultats vont s’afficher.

Ensuite toujours dans ce lexique du web :

Nom de domaine: C’est tout simplement le nom de votre site internet. Pour l’Agence Lapostolle par exemple notre nom de domaine est: agence-lapostolle.com

Online: Tout simplement, qualifie toute chose accessible par internet.

Page web: Pour commencer une page web contient l’ensemble des informations d’un site internet visible sur votre écran. Un site internet est le plus souvent composés de plusieurs pages web

QR Code: C’est un code barre amélioré capable de stocker des milliers de caractères. Vous scannez le QR Code avec votre téléphone et une page web complète s’affiche sur votre écran.

Responsive design: Un site responsive design est tout simplement un site créé pour s’adapter à tout type d’écran (téléphone, télévision, tablette…). Ce qui rend votre lecture du site beaucoup plus confortable.

SEO: Search Engine Optimization ou aussi appelé référencement naturel, est l’ensemble des techniques utilisés pour que votre site soit le mieux référencé dans les moteurs de recherche. C’est à dire pour que votre site apparaisse dans les premiers résultats.

Et enfin dans notre lexique du web :

Taux de rebond: Le taux de rebond est le taux de visiteurs qui quittent votre site juste après avoir consulté la première page. C’est à dire que l’utilisateur n’a pas effectué d’action: cliquer sur un lien, ajouter au panier, s’inscrire à la newsletter… A savoir, le taux de rebond est pris en compte dans le référencement des sites internet.

Uploader: Nous avons vu plus haut downloader qui consiste à importer un fichier sur l’ordinateur. Uploader est l’exact contraire. Il s’agit donc d’envoyer un fichier depuis son ordinateur.

Virus: Logiciel malveillant (souvent caché dans un autre fichier) dont le but est de contaminer un maximum d’ordinateurs afin de soutirer des informations.

Webdesign: Il s’agit du design spécialement créé pour les sites internet. La personne en charge du webdesign dans une entreprise s’appelle de Webdesigner.

XHTML: Le XHTML est un langage de programmation créé dans les années 2000 qui utilise des balises. C’est l’évolution du HTML.

Zip: Format de compression de fichiers. Il permet de compresser des fichiers et de pouvoir de ce fait les envoyer plus simplement.

Les Easter Eggs ou les secrets d’internet

Les Easter eggs sont des messages, des images, ou des fonctionnalités secrètes d’un programme. L’objectif est de s’amuser en ajoutant une petite astuce inutile mais amusante. Ces Easter Eggs sont partout : dans le cinéma, dans les jeux vidéos mais également dans le domaine de l’informatique. Ainsi, cet article recense les meilleurs Easter eggs du web.

Des Easter eggs sous forme de jeux vidéo

Dinosaure

Aucun accès à Internet

Dinosaure dans Google Chrome. Cet Easter egg se cache seulement sur le navigateur Google Chrome. Lorsque vous perdez votre connexion internet, un message d’erreur et un mini-jeu apparaissent. Dans ce mini-jeu, vous prenez la possession d’un T-Rex dans un désert et vous devez esquiver des obstacles.

Solitaire

Easter egg : Solitaire

En tapant solitaire sur Google, le jeu du Solitaire s’affiche. Vous pouvez enfin lancer une partie, en mode Facile ou Difficile.

Morpion / Tic-tac-toe

Easter egg : Tic-tac-toe

Le célèbre jeu du Morpion est également jouable face à un ordinateur en tapant le mot-clé tic-tac-toe. Comme le jeu original, le but est d’aligner trois symboles identiques.

Pac-Man

Easter egg : Pac-Man

Tout comme le Solitaire ou le Morpion, le plus célèbre jeu d’arcade est également jouable. En effet, Pac-Man se lance en entrant pac-man sur le moteur de recherche Google.

Hand spinner

Easter egg : Spinner

Souvent présenté comme étant relaxant, le Hand spinner fait son grand retour en tant qu’Easter egg sur Google ! De la même façon, un spinner de type roue de la fortune avec différentes valeurs est aussi présent. Il suffit de taper le mot-clé spinner pour y accéder.

Des Easter eggs sous forme de phrases

Chuck Norris

Easter egg : Où trouver Chuck Norris ?

Si vous entrez l’énigme Trouver Chuck Norris, la réponse s’affichera sous vos yeux en prenant une forme humoristique.

Anagramme

Easter egg : Anagramme du mot anagramme : gare maman

Un anagramme est un mot que l’on obtient en transposant les lettres d’un autre mot. À titre d’exemple, goyave est un anagramme du mot voyage. Néanmoins, connaissez-vous l’anagramme du mot anagramme ? Vous pouvez le découvrir en tapant ce mot sur Google.

Récursivité

Easter egg : Exemple de récursivité

La récursivité est le pouvoir de se répéter de manière indéfinie. Grâce au moteur de recherche, il est possible de tester ce mécanisme. En effet, il vous proposera alors de corriger l’orthographe du mot par récursivité, et ainsi de suite.

42

Easter egg : La réponse de la vie = 42

Google donne aussi la réponse à la question du Guide du voyageur galactique du Douglas Adams. Pour la connaître, tapez la phrase la réponse de la vie.

D’autres fonctions cachées

L’amour se glisse aussi sur Google

Easter egg : Saint Valentin

Vous aimez les mathématiques ? Par exemple les racines carrés, les valeurs absolues et les fonctions trigonométriques ? En tapant la formule ci-dessous sur Google, vous allez les aimer !

sqrt(cos(x))*cos(300x)+sqrt(abs(x))-0.7) *(4-x*x)^0.01, sqrt(6-x^2), -sqrt(6-x^2) from -4.5 to 4.5

Le cri des animaux

Cris Des Animaux

Marre d’aller sur Youtube pour trouver et écouter le cri d’un animal ? Un Easter egg vous permet de les écouter directement en tapant cris des animaux.

Super Mario Bros.

Super Mario Bros.
Super Mario Bros.

Pour les amateurs de Mario, un Easter egg est présent sur la page de recherche principale de Super Mario Bros. Les blocs de l’univers de la licence ont pour habitude de laisser échapper des pièces en tapant dessus. Cependant, avez-vous déjà tenté de cliquer sur celle présente sur Google ?

Google Gravity

Google Gravity

La gravité impacte également Google ! En vous rendant sur cette page, tout le moteur de recherche s’effondrera sous vos yeux.

Il existe un trop grand nombre d’Easter eggs pour tous les recenser en un article. À vous de tous les trouver ! Par exemple, nous vous avions déjà cité le cas du Santa Tracker. Et à l’instar d’un œuf de Pâques, les autres se camouflent bien…

L’identité numérique : comment la maîtriser

Définition de l’identité numérique

L’identité numérique est l’ensemble des traces numériques que l’on laisse sur internet. Au fil des navigations, les moteurs de recherche comme Google collectent et rendent publiques ces traces. Il est donc impératif de pouvoir évaluer sa propre identité numérique et de travailler dessus afin de la rendre meilleure. On appelle e-réputation l’image d’un individu renvoyée sur internet.

Identité numérique

Les différentes traces numériques

L’identité numérique se crée ainsi à partir des traces numériques laissées sur internet. En tout, il existe trois types de traces : les traces volontaires, les traces involontaires et les traces héritées.

Les traces volontaires
Réseaux sociaux
Différents réseaux sociaux

Les traces volontaires sont toutes les données qui concernent un internaute qu’il a lui-même publié. Par exemple, le profil qu’a rempli un utilisateur sur les réseaux sociaux est une trace volontaire. Il en va de même pour tout type de commentaire qu’il aurait posté par le passé. Et cela comprend les blogs, les annonces (emploi ou vente) et les CV qui sont des exemples parmi tant d’autres.

Les traces involontaires

En naviguant tout simplement sur internet, l’adresse IP permet d’identifier un ordinateur sur internet. Cependant, elle permet aussi de collecter d’autres données : heures de connexion, sites visités et temps passé, mots-clés des recherches, etc… On appelle cela des traces involontaires puisque l’internaute les crée sans s’en rendre compte.

Les cookies fonctionnent sur le même principe puisque l’ordinateur collecte et enregistre des données tout en naviguant sur internet. Ils possèdent néanmoins de nombreux usages. Premièrement, ils permettent de mémoriser les identifiants afin de rester connecter sur certains sites tels que les réseaux sociaux. Sur un site commercial, les cookies ont pour but de garder en mémoire le panier d’achat. Et les cookies permettent également de récupérer des données de navigation à des finalités statistiques ou publicitaires. C’est pour cette raison que les bannières publicitaires sur les sites correspondent souvent aux centres d’intérêt.

Les traces héritées

Les traces héritées sont toutes les données concernant un individu qu’il n’a pas lui-même publié. Ces traces regroupent ainsi toutes les publications (commentaires, photos, vidéos…) citant cet individu ou le faisant apparaître.

Comment évaluer son identité numérique ?

Google

Après avoir mentionné les différentes traces numériques qui existent, il est temps de voir comment évaluer son identité numérique. Pour ce faire, il suffit de rechercher des informations sur soi (ou quelqu’un) à travers un moteur de recherche. Lorsque la recherche se fait depuis Google, cela s’appelle « googliser ». Afin de rendre l’investigation plus efficace, voici quatre recherches à effectuer et à analyser :

  • Première recherche : Nom + Prénom. Elle permet d’avoir un point de vue global sur une personne et de voir ce qui en ressort le plus.
  • Deuxième recherche : Nom + Prénom + Réseau social. Cette recherche, plus précise, permet de savoir si Google référence des publications gênantes.
  • Troisième recherche : Nom + Prénom + Pseudonyme. Si quelqu’un utilise un pseudo sur internet, c’est en premier lieu pour rester anonyme. Alors si pour une raison ce pseudonyme est lié à une identité réelle, il serait peut-être temps de le changer.
  • Quatrième recherche : Nom + Prénom + Emploi. Cette recherche permet de savoir si l’activité professionnelle d’une personne est liée à son identité.

L’internaute qui fait ces quatre recherches sur lui possède à présent une estimation de son e-réputation. Elle représente ainsi l’image que renvoie internet sur lui. Si certaines informations ne doivent pas être sur internet, il peut tenter de les masquer ou de les supprimer. Mais est-ce vraiment utile de le faire ?

Pourquoi protéger son identité numérique ?

Il serait faux de penser que personne ne fera de recherches sur soi un jour ou l’autre. Il faut donc savoir qui serait susceptible de faire des recherches pour s’en protéger.

Dans le milieu du travail

L’une des situations les plus fréquentes qui pousse quelqu’un à faire une recherche sur un individu est la recherche d’emploi. En effet, beaucoup de recruteurs n’hésitent pas à se renseigner sur les candidats. Chaque employé possède sa propre e-réputation qui joue à un certain niveau à construire l’image de l’entreprise. Pour les recruteurs, il est donc important de choisir des personnes qui ne nuiraient pas à cette image.

Toujours dans le milieu du travail, un patron pourrait lire des messages à son encontre sur les réseaux sociaux. Il pourrait même apprendre qu’un de ses employés en arrêt maladie fait plutôt la fête. Plutôt embarrassant, n’est-ce pas ?

Dans la vie de tous les jours

Que ce soit pour les études ou pour rigoler entre amis, il peut arriver de se googliser par curiosité. Il faut donc vraiment se demander qui pourrait faire ces recherches, pourquoi, et quelles informations n’ont pas à être publiques.

À l’inverse, il existe de nombreuses personnes malveillantes qui n’hésiteront pas à chercher encore plus de détails. Ces informations sont très précieuses puisqu’elles peuvent permettre d’aller jusqu’à usurper une identité. D’autres pourront quant à elles servir à ternir une image dans le monde réel.

Comment gérer son identité numérique ?

Comme démontré ci-dessus, ne pas prêter attention à son identité numérique peut être dangereux. Il faut donc apprendre à supprimer ou masquer les éléments indésirables, tout en gardant une identité numérique valorisante.

Masquer ou supprimer des éléments

Parmi les informations faciles à masquer ou à supprimer, il y a les réseaux sociaux. En effet, après s’être connecté, l’utilisateur peut supprimer la donnée en question ou changer sa confidentialité. Si un moteur de recherche référence l’inscription à un site, l’utilisateur peut supprimer son compte ou modifier ses données.

Tandis que certaines données sont facilement effaçables, d’autres le sont beaucoup moins. Dans certains cas, les moteurs de recherche vont indexer des pages trouvables en tapant nom et prénom d’une personne. Néanmoins, la personne en question a le droit au déréférencement. Ce droit permet de demander à ne plus associer un contenu qui peut porter préjudice à un nom et prénom. Et dans le cas où une information n’est pas directement modifiable, la personne peut recourir au droit de rectification. En effet, chaque personne doit pouvoir demander à rectifier ou compléter des informations erronées la concernant.

Créer une identité numérique professionnelle
CV

Pour augmenter son e-réputation, supprimer ou masquer les informations portant préjudice est un bon début. Cependant, pourquoi ne pas tenter de faire plus ? Encore une fois, l’identité numérique représente l’image de quelqu’un sur internet et celle-ci est visible par tous. Il est donc intéressant de mettre en avant certains contenus, et de créer par exemple une identité numérique professionnelle.

Pour prouver son aisance avec l’informatique, il est à présent courant de créer son CV en ligne. Il est également intéressant de mettre en avant ses diverses réalisations numériques : blogs, sites, diaporamas ou portfolios. Ces éléments peuvent, à long terme, permettre de décrocher des contrats. La mise à jour de ces données témoigne du dynamisme de leur responsable.

Conclusion

Pour conclure, maîtriser son identité numérique est un travail sur le long terme. Il est important de réfléchir à ce que l’on publie sur internet, et de souvent réévaluer son e-réputation.

Il faut 20 ans pour construire une réputation et cinq minutes pour la détruire. Si vous gardez ça à l’esprit, vous vous comportez différemment.

Warren Buffett

Pour rester anonyme sur internet, l’usage d’un pseudonyme reste en tout cas la méthode incontournable. On conseille également de posséder des adresses e-mails différentes pour les différents usages que l’on en fait.

Il existe à ce jour diverses formations permettant de mieux utiliser l’informatique au quotidien. Pourquoi ne pas en faire partie ?

La CNIL lance une formation RGPD en ligne gratuite

La CNIL annonce le lancement d’une formation en ligne : “L’atelier RGPD”. Une formation gratuite et accessible à tous pour mieux comprendre et être opérationnel sur le Règlement Général sur la Protection des Données.

Une formation pour professionnels et curieux

L’atelier RGPD vous forme en détail sur chaque aspect du RGPD. Afin de comprendre les lois et les enjeux pour débuter efficacement la mise en conformité de son organisme. La formation s’adresse aussi bien aux Délégués à la Protection des Données, qu’aux futurs délégués, professionnels disposant d’un profil technique ou juridique (ou encore de simples curieux).

Élaboré par des experts et juristes de la CNIL, ce MOOC se compose de quatre modules. Il faudra environ cinq heures pour tous les parcourir. Des vidéos, textes, illustrations… composent chaque module, afin de mieux appréhender les enjeux. Une évaluation est ensuite accessible à la fin de la formation.

Le programme du MOOC

Les différents modules de l’atelier RGPD abordent de manière exhaustive les enjeux du traitement des données personnelles. Voici le programme :

  • Premier module : le RGPD et ses notions clés
  • Deuxième module : les principes de la protection des données
  • Troisième module : les responsabilités des acteurs
  • Quatrième module : le DPO et les outils de la conformité
formation rgpd

En fin de cursus, le MOOC délivre une attestation de suivi, mais il ne s’agit pas d’une formation diplômante ou certifiante. Cette formation est accessible gratuitement jusque septembre 2021, mais elle sera régulièrement mise à jour en fonction des évolutions du RGPD.

Besoin de plus d’informations concernant le Règlement Général sur la Protection des Données ? Ou bien encore d’informations concernant la sécurité sur internet ? N’hésitez pas à nous contacter.

Entreprendre au Féminin – 2019

entreprendre au féminin

Entreprendre au Féminin est un sommet qui se déroule du 8 au 16 mars 2019. Durant cette période, les intervenants aborderont trois grands thèmes : Business, Bien-être et Famille.

En effet, ce seront trois conférences qui auront lieu par jour (à 12h30, 18h00 et 21h00). Pour y avoir accès rien de plus facile !

En effet il suffit de vous inscrire sur le site d’Entreprendre au Féminin.

Ce sommet est accessible en ligne et gratuitement. Il est organisé par Madame Morgane Février, déjà à l’initiative de plusieurs mouvements de femmes entrepreneures.

Pourquoi un sommet pour “entreprendre au féminin”?

Les principales raisons pour lesquels ce sommet a été crée sont au nombre de cinq. Il s’agit en effet de : rassembler, connecter, découvrir, apprendre et partager.

Tout d’abord Rassembler, car les femmes qui exercent des professions indépendantes sont souvent seules et il s’agit là de les réunir. Comme on dit : “l’union fait la force” !

Ensuite : Connecter. En exploitant les talents de chacun, permettre de créer une connexion qui, d’abord virtuelle, pourra déboucher sur quelque chose de concret.

Après : Découvrir. Découvrir les nouvelles façons de faire des femmes dans leur travail, dues, à l’évolution de leur métier.

Mais aussi Apprendre. Notamment grâce à internet, il est important de se former continuellement et d’acquérir de nouvelles connaissances.

Et enfin Partager. Partager son expérience, son histoire sa façon de faire avec la communauté. Profiter des expériences de chacune sans avoir peur du jugement et se sentir comprise et soutenue.

Ainsi les intervenantes aborderont plusieurs thèmes comme : “Comment concilier sa vie de maman et d’indépendante”. “Réussir dans l’entrepreneuriat en cultivant son bonheur”…

Si vous ne pouvez pas regarder une intervention pas de panique ! En effet, vous disposez d’un replay de 48h pour revoir votre conférence.

Les femmes entrepreneures sont donc la cible principale de ce sommet. On attend pas moins de 10 000 femmes entrepreneures ! Mais ces messieurs sont aussi les bienvenus.

L’impact de l’E-commerce sur l’économie

Dans la continuité de notre thématique “comment internet a changé notre quotidien“. Nous aborderons ainsi aujourd’hui la question de l’impact du e-commerce sur l’Economie.

Quelques chiffres clés :

  • 56% des internautes réservent leur voyage sur internet
  • 45% achètent des produits culturels et des vêtements sur le web
  • 12% ont recours à cet outil du quotidien pour faire des courses alimentaires

Tout ceci va en s’améliorant. C’est dire à quel point Internet comble la plupart de nos besoins les plus basiques ainsi que nos intentions d’achat.

Les économies effectuées par le consommateur lorsqu’il achète en ligne constituent pour lui une seconde source de valeur induite par internet. Autrement dit, les achats que l’on réalise sur internet (sur une échelle de 150 produits) sont 10% moins chers que ceux du magasin.

Internet crée des secteurs d’activité au complet. Ils représentent une source intarissable de lutte contre le chômage soit 25% de la croissance et de la création nette d’emplois.

Des grandes institutions scolaires ont mis en place tout un cursus de formations.

Le but est ainsi de développer ce secteur qui apparaît comme étant générateur des métiers d’avenir.

En 2015, Internet a contribué à 5,5% du PIB, soit jusqu’à 129 milliards d’euros. Cette croissance est due essentiellement à une augmentation de la consommation(plus de 21%).

Ces chiffres fiables et surtout très récents montrent l’impact de l’E-commerce sur l’économie française cependant selon l’IDC (International Data Corporation) qui est un fournisseur d’informations sur le marché croit aux marges de progression pour exploiter pleinement le potentiel numérique de la France notamment l’augmentation de 12% du panier moyen e-commerce, l’augmentation de la pénétration haut débit de 62% dans les prochaines années.

Les bonnes pratiques en Europe et dans le monde dont la France pourrait s’inspirer sont :

  • le développement des usages et services numériques tant dans le secteur privé que public
  • le soutien des PME innovantes et de la recherche pour favoriser le développement du numérique.

Comment Internet a changé notre quotidien

De nos jours, Internet a changé notre quotidien, cependant cela ne s’est pas fait en un jour. Même si cela a été relativement rapide.

Tout commence avec l’armée américaine

comment internet a changé notre quotidien

En 1962, un petit groupe de chercheurs de l’armée commencèrent à travailler sur un réseau de communication. Celui-ci devait être capable de résister à une attaque nucléaire.

Le but étant de faciliter la communication malgré la destruction de plusieurs machines.

Paul Baran eut l’idée de créer un réseau sous forme de grande toile.

Il a très vite compris qu’un système centralisé était vulnérable car la destruction de son noyau provoquait l’anéantissement des communications.

Il mit donc au point un réseau hybride d’architectures maillées dans lequel les réseaux se déplaceraient de façon dynamique. En cherchant le chemin le moins encombré et en patientant si toutes les routes étaient encombrées. C’est le « Packet Switching ».

En 1969, l’ARPA (Advanced Research Project Agency) créa le réseau expérimental ARPANET.

La finalité n’est plus seulement militaire mais aussi pédagogique

En 1971, Ray Tomlinson mit au point un nouveau mode de communication : le courrier électronique.

En 1972, Lawrence G. Roberts améliora les possibilités ouvertes par Ray Tomlinson. Il développa la première application permettant de lister, de lire, de répondre et de faire suivre un e-mail.

C’est la création de la messagerie électronique. Dès lors, elle n’aura cessé de croître pour devenir le réseau le plus utilisé dès le début du XXIe siècle.

De nos jours, Internet s’est imposé comme un facteur de simplification de nos habitudes.

Le web génère des métiers, participe à l’économie d’un pays et aide à maintenir le contact entre les individus. Plus de 80 % de la population française utilisent Internet pour des raisons diverses et variées. Notamment le commerce à tel point qu’on atteint les 72 milliards d’euros de chiffre d’affaires, par an, pour le e-commerce.

De plus, le web permet de trouver des réponses aux questionnements du quotidien. Il libère ainsi l’Homme de nombres tâches quotidiennes qui sont transférées à la machine.

Nous rentrerons plus en détails dans notre deuxième partie sur “comment internet a changé notre quotidien”.