Archive de l’étiquette historique

ada lovelace

Ada Lovelace : La Pionnière de l’Informatique

Dans le monde de l’informatique, le nom d’Ada Lovelace est une référence incontournable. Elle occupe une place particulière en tant que première programmeuse de l’histoire. Ada Lovelace a joué un rôle crucial dans le développement des bases de l’informatique. Née en 1815 à Londres. Ada était la fille du poète Lord Byron et d’Anne Isabella Milbanke, mathématicienne reconnue de son époque. C’est cette influence mathématique de sa mère qui allait façonner le destin d’Ada et la conduire vers une carrière exceptionnelle.

Une éducation exceptionnelle et une rencontre déterminante

Dès son plus jeune âge, Ada Lovelace a montré un intérêt prononcé pour les sciences et les mathématiques. Sa mère veilla à ce qu’elle reçoive une éducation rigoureuse et complète dans ces domaines. Ce qui était rare pour les femmes à cette époque. À l’âge de 17 ans, Ada rencontra le mathématicien et ingénieur Charles Babbage, considéré comme le « père de l’ordinateur ». Cette rencontre allait être déterminante pour le futur d’Ada dans le monde de l’informatique.

Un algorithme révolutionnaire

Lorsqu’elle travaillait sur les « Notes de M. Menabrea », une traduction d’un article sur la machine analytique de Babbage. Ada ajouta ses propres commentaires qui dépassèrent largement le simple rôle de traductrice. Elle saisit l’énorme potentiel de la machine de Babbage. Et fut ainsi la première à comprendre que cette machine pouvait réaliser bien plus que de simples calculs mathématiques. Dans ses notes, elle rédigea un algorithme destiné à être exécuté par la machine. Ce qui en fit le premier algorithme informatique jamais conçu.

De plus, Ada Lovelace a également réalisé que les machines de Babbage pourraient un jour être utilisées pour créer des œuvres artistiques et composer de la musique. Allant au-delà de leur utilisation initiale pour les calculs. Ses idées novatrices étaient en avance sur son temps et ont jeté les bases de l’informatique moderne.

Bien que personne n’ait construit la machine analytique de Babbage de son vivant, les écrits d’Ada Lovelace sont restés d’une importance capitale dans l’histoire de l’informatique. Sa vision et son intuition précurseure ont inspiré de nombreux chercheurs et programmeurs dans les décennies et les siècles qui ont suivi. Aujourd’hui, chaque fois qu’un programme est exécuté sur un ordinateur, l’héritage d’Ada Lovelace vit à travers cet algorithme qu’elle a imaginé il y a plus de 180 ans.

Ada Lovelace : symbole d’émancipation et de persévérance

Ada Lovelace est donc un symbole du pouvoir de l’éducation, de la curiosité intellectuelle et de la persévérance. Elle a brisé les barrières de genre de son époque et s’est frayé un chemin dans un domaine dominé par les hommes. C’est pourquoi son héritage perdure dans le monde de l’informatique et inspire les générations actuelles et futures de programmeurs et de chercheurs en informatique.

En célébrant Ada Lovelace, nous reconnaissons sa contribution exceptionnelle à l’informatique et à la technologie. Elle reste une source d’inspiration pour nous tous, et sa mémoire perdurera dans les avancées continues du monde de l’informatique.

Steve Jobs - Apple

Steve Jobs : L’icône qui a façonné notre monde numérique

Dans le monde de la technologie, il y a des personnalités qui marquent à jamais l’histoire. Steve Jobs, le co-fondateur emblématique d’Apple Inc., est sans aucun doute l’une de ces légendes.

Son parcours extraordinaire a été ponctué d’innovations révolutionnaires. Qui ont littéralement changé à jamais la manière dont nous vivons, travaillons et interagissons avec la technologie. Dans cet article nous vous invitons à plonger dans l’univers captivant de Steve Jobs.

Steve Jobs - Apple

L’ascension d’un visionnaire

Premièrement, avant de devenir l’emblème du secteur technologique, Steve Jobs était un jeune homme déterminé à explorer les possibilités offertes par les ordinateurs. Sa passion pour l’informatique l’a conduit à fonder Apple en 1976 aux côtés de son ami Steve Wozniak. Ensemble, ils ont révolutionné l’industrie avec le lancement de l’Apple I, le premier ordinateur personnel.

Le voyage tumultueux de Steve Jobs

Son parcours n’a pas été sans obstacles. En effet, son départ forcé d’Apple en 1985 a été une période sombre. Mais il a rebondi en créant NeXT, une société axée sur les technologies éducatives et l’informatique haut de gamme. Cependant, le destin avait prévu autre chose pour lui.

Le retour triomphant

En 1997, Apple traverse une période difficile, et c’est alors qu’il revient à la barre de la société. Son retour marque le début d’une ère sans précédent de créativité et d’innovation. Avec des produits emblématiques tels que l’iMac, l’iPod, l’iPhone et l’iPad, Apple a révolutionné l’industrie de la technologie grand public.

La magie de la présentation

Aussi, l’une des caractéristiques les plus emblématiques de Steve Jobs était son talent pour les présentations. Ses keynotes étaient de véritables événements mondiaux, captivant le public avec sa passion, son charisme et ses célèbres « One more thing ». Ces moments resteront gravés dans les mémoires comme des instants de pure magie technologique.

L’héritage de Steve Jobs

Sa vision a laissé un héritage durable dans notre quotidien. L’App Store, lancé en 2008, a créé un écosystème d’applications qui a changé la façon dont nous utilisons nos téléphones. Les produits Apple sont devenus des objets de désir, alliant design élégant et performances exceptionnelles.

Steve Jobs a été bien plus qu’un entrepreneur ou un visionnaire technologique. Il a été le symbole de l’innovation, de la créativité et de l’audace. Son esprit révolutionnaire continue d’inspirer des générations de créateurs et d’entrepreneurs à travers le monde. En héritant de son mantra « Think Different », nous sommes tous invités à explorer l’inconnu et à repousser les limites du possible.

Donc merci, Steve Jobs, d’avoir changé notre monde numérique pour toujours.

Adrian Lamo

Adrian Lamo, le hacker controversé

Tout d’abord, Adrian Lamo est un nom qui ne vous est peut-être pas familier, mais ses actes ont secoué l’industrie informatique. Et pas qu’un peu ! Adrian Lamo a acquis sa notoriété en piratant de grandes entreprises telles que Yahoo!, Microsoft et The New York Times. En outre, il a été directement impliqué dans l’affaire WikiLeaks en 2010.

Dans cet article, nous examinerons la vie et les exploits d’Adrian Lamo, et sa place dans l’histoire du piratage informatique.

Adrian Lamo

Les débuts d’Adrian Lamo dans le piratage informatique

Pour commencer, il est né le 20 février 1981 à Boston dans le Massachusetts. Dès son plus jeune âge, il a montré un grand intérêt pour la technologie. Ce qui l’a poussé à devenir un hacker. Il a commencé par pirater des réseaux d’universités et de grandes entreprises. Adrian Lamo a également acquis une certaine notoriété pour avoir piraté les réseaux informatiques de plusieurs sociétés de médias.

Les exploits de piratage les plus connus d’Adrian Lamo

Comme précédemment mentionné, le hacker américain a piraté plusieurs grandes entreprises telles que Yahoo!, Microsoft et The New York Times. De plus, il a joué un rôle clé dans l’affaire WikiLeaks en 2010, en aidant le gouvernement américain à identifier le lanceur d’alerte, Bradley Manning. Alors, le pirate informatique controversé a également été impliqué dans des actes de vandalisme informatique, ce qui a finalement conduit à son arrestation et à sa condamnation.

Son impact sur l’industrie informatique

Les exploits du hacker ont eu un impact significatif sur l’industrie informatique. Son piratage a exposé les vulnérabilités de la sécurité informatique de grandes entreprises, ce qui a poussé ces entreprises à améliorer leurs systèmes de sécurité. Il a également mis en lumière les risques de la divulgation d’informations confidentielles, ce qui a conduit à une prise de conscience accrue de la sécurité des données.

La controverse entourant Adrian Lamo

Certains le considèrent comme un héros de l’industrie informatique pour avoir exposé les failles de sécurité de grandes entreprises. Cependant, il reste un personnage controversé dans ce domaine. D’autres le considèrent comme un traître. Pour avoir aidé le gouvernement américain à identifier Bradley Manning et pour avoir collaboré avec les autorités.

Il restera dans l’histoire de l’industrie informatique comme un hacker controversé. Son piratage a exposé les vulnérabilités des systèmes informatiques des grandes entreprises. Ce qui a conduit à une amélioration de la sécurité des données. Cependant, sa collaboration avec les autorités a soulevé des questions sur les limites de la liberté d’expression et de la confidentialité de l’information. En fin de compte, l’histoire d’Adrian Lamo est un rappel de l’importance de la sécurité des données et de l’éthique dans le domaine de la technologie.

Tim Berners Lee

Tim Berners Lee : on peut lui dire merci

Pour commencer, sachez que l’invention de Tim Berners Lee vous la connaissez très bien. Vous l’utilisez tous les jours et c’est tout simplement : le Web.

Effectivement, elle compte parmi les inventions les plus importantes du 20e siècle. Le Web a révolutionné le monde de l’information et de la technologie. Il a de plus ouvert plusieurs nouvelles voies, de nouveaux métiers et plus encore.

En premier lieu, son objectif était d’établir un outil à l’aide duquel les scientifiques pourraient partager facilement les données de leurs expériences.

Tim Berners Lee, inventeur du World Wide Web
Tim Berners Lee, inventeur du web

Un enfant déjà passionné

Timothy Berners Lee est né à Londres, en Angleterre le 8 juin 1955. Ses deux parents ont travaillé sur le premier ordinateur commercial, le Ferranti Mark I. À cette époque, les ordinateurs fascinaient déjà Tim.

D’ailleurs, il va étudier la physique à l’université d’Oxford de 1973 à 1976. Il profite alors de ces années pour fabriquer son premier ordinateur à partir d’un microprocesseur Motorola 6800.

La carrière prodigieuse de Tim Berners Lee

Puis, à la fin des années 1970, il a commencé à être consultant indépendant et a travaillé pour de nombreuses entreprises, dont le CERN où il a été ingénieur logiciel consultant de juin à décembre 1980.

En effet, au CERN, il a écrit un programme appelé «Inquire» pour son usage personnel. Il s’agissait d’un simple programme hypertexte qui a créé les bases conceptuelles du développement du web.

Ensuite, en 1989, il a rédigé une proposition pour un système de communication plus efficace au sein de l’organisation.

Le tout premier site Web au monde, Info.cern.ch, a été construit au CERN et mis en ligne le 6 août 1991. Le site fournissait alors des informations sur ce qu’était le World Wide Web et comment il pouvait être utilisé pour le partage d’informations.

Tim Berners Lee
Tim Berners Lee

Le World Wide Web, c’est quoi ?

Tout d’abord, Internet est un immense réseau d’ordinateurs connectés entre eux. Cependant, c’est le World Wide Web qui nous permet d’accéder facilement aux informations en nous les affichant de façon plus ludique.

De plus, le World Wide Web a permis à tout le monde d’avoir accès à Internet. Il connectait le monde afin qu’il soit plus facile de communiquer, d’obtenir des informations et de les échanger.

Les récompenses de Tim Berners Lee

  • Il a reçu le prix du système logiciel de l’Association for Computing Machinery (ACM) en 1995.
  • Nommé parmi les 100 personnalités les plus importantes du 20e siècle par le Time Magazine en 1999.
  • Nommé Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique (KBE) lors des honneurs du Nouvel An « pour services rendus au développement mondial d’Internet » en 2004.
  • En 2013, il est devenu l’un des cinq pionniers d’Internet et du Web à recevoir le premier prix Reine Elizabeth pour l’ingénierie.

Notre prochain article parlera de Vinton G. Cerf, l’inventeur d’Internet, que l’on voit poser ci-dessous avec l’inventeur du WWW.

Vinton Cerf : le fondateur d’Internet

Pour commencer, Vinton Cerf est un informaticien et ingénieur américain connu pour être l’un des « pères de l’Internet ». En collaboration avec Robert Kahn, Cerf a développé le protocole de transmission de données TCP/IP. Qui est à la base de la communication sur Internet.

Vinton G Cerf, le fondateur d'Internet.
Vinton G Cerf, le fondateur d’Internet.

Le parcours de Vinton Cerf

De plus, Cerf est né en 1943 à New Haven, dans le Connecticut. Il a étudié l’informatique et la philosophie à l’Université Stanford, où il a obtenu son bachelor en 1965. Après avoir obtenu son doctorat en informatique à l’Université UCLA en 1972. Il a rejoint l’agence de recherche en défense ARPA, où il a travaillé sur le développement de l’Internet.

Aussi, en 1973, Cerf et Kahn ont commencé à travailler sur le développement de TCP/IP. Qui est devenu le protocole de communication standard sur Internet. Leur travail a permis de créer une infrastructure de communication capable de relier des ordinateurs situés dans des réseaux différents. Permettant ainsi la création de ce que l’on connaît aujourd’hui sous le nom d’Internet.

Vinton G Cerf

La vie bien chargé de Vinton Cerf

Ensuite, Cerf a continué à travailler sur le développement et l’amélioration de l’Internet. En 2005, il est nommé vice-président et chief Internet evangelist pour Google. Où il a travaillé sur l’expansion de l’accès à Internet dans le monde entier.

Deuxièmement, en plus de son travail sur l’Internet, Cerf s’implique dans de nombreux projets et initiatives liés à l’informatique ou à la technologie.

Mais aussi, il a été membre de nombreuses organisations et comités de direction, notamment l’Internet Society, le Computer Science and Telecommunications Board et le Advanced Research Projects Agency.

D’ailleurs, Cerf a reçu de nombreux prix et distinctions pour son travail, y compris le National Medal of Technology, le Presidential Medal of Freedom et le Prix Turing. En 2004, il a été élu Fellow de l’Institut national d’arts et de sciences, et en 2017, il a été intronisé au National Inventors Hall of Fame.

Vous ne le savez sûrement pas

En résumé, Vint Cerf est un informaticien et ingénieur de renom connu pour avoir contribué de manière significative au développement de l’Internet. Sa collaboration avec Robert Kahn a permis la création d’un protocole de communication standard qui a joué un rôle crucial dans la création de l’Internet tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Vous pouvez découvrir notre article sur le fondateur du web, Tim Berners Lee.

Le premier achat en ligne va vous surprendre

À sa naissance, Internet ne nous permettait pas encore de réaliser nos achats en ligne. Aujourd’hui commander des articles sur des sites d’e-commerces est un mécanisme bien ancré dans notre vie quotidienne. Mais saviez-vous qu’il y a une rumeur, voire même une légende existante autour du tout premier article acheté en ligne. À votre avis, de quoi s’agit-il ? 

E-commerce et achat en ligne.

Cet achat en ligne là, vous ne l’avez pas vu venir…

Beaucoup croient que le premier achat en ligne fut du cannabis. Effectivement, la « légende » voudrait qu’en 1971, des étudiants de l’université de Stanford aient acheté de la marijuana à des étudiants du MIT. Cependant, il faut savoir que les deux parties ont surtout communiqué, mais ils n’ont pas réalisé la transaction. Ils ont donc fixé un lieu de rendez-vous afin de payer le tout. Nous ne pouvons pas tellement parler d’achat sur internet. 

Oui mais non

Certains pensent que le premier achat d’internet viendrait d’une Britannique, à l’époque âgée de 74 ans, qui, en 1984, aurait utilisé une technologie appelée Vidéotex (une télévision connectée à une ligne téléphonique) pour simplement faire ses courses. 

Mais ce n’était pas vraiment de l’e-commerce puisque le Vidéotex n’a servi qu’à passer une commande que l’on aurait très bien pu passer par téléphone. Les courses ne furent payées, en liquide, qu’au moment où elles ont été livrées. 

Nous y sommes !

C’est en 1994 que le tout premier achat en e-commerce aurait eu lieu, juste après la création du web et plus exactement au mois d’août. 

Un Américain du nom de Dan Kohn avait lancé un site web appelé Net Market et sa première vente fut un CD de Sting (pour être tout à fait précis, il s’agissait de l’album Ten Summoner’s Tales). 

L’album coûtait environ 13 dollars, le paiement s’est fait en ligne, via un moyen sécurisé.

Par la suite, en 1994, la compagnie Pizza Hut a aussi commencé à vendre leurs produits en ligne. C’est pourquoi, on croit parfois que la première chose vraiment vendue sur internet fut une pizza.

Le Cloud : son histoire

Aujourd’hui, pour stocker des photos ou des documents, rien n’est plus simple que le Cloud. La plupart des gens l’utilisent en raison de sa simplicité et surtout de son stockage indépendant du support. Mais même si vous connaissez bien ce service, vous ne savez peut-être pas grand chose de son histoire.

cloud

Le Cloud, qu’est-ce que c’est ?

Le Cloud, de son nom complet Cloud computing, renvoie au réseau de serveurs hébergé sur Internet. Il désigne plus exactement les services de stockage de données en ligne et non directement sur votre machine. Vous pouvez donc y déposer vos photos de vacances et pouvoir les visionner depuis tous vos appareils disposant d’une connexion Internet. Il en va de même pour des documents textuels, des vidéos, des musiques… Vous pouvez en plus de cela partager ces données avec les personnes de votre choix. Ces personnes pourront également modifier vos documents si vous les y autorisez. En bref, le Cloud est un service très pratique. Parmi les services les plus populaires, on trouve notamment Google Drive ou iCloud.

L’histoire de sa création

L’idée du fonctionnement tel que nous le connaissons a vu le jour dans les années 1980. C’est à cette époque que certaines tâches ont commencé à se faire via différents ordinateurs, d’où le besoin d’un espace de stockage accessible à chacun des appareils concernés. Le terme « Cloud » n’est cependant pas utilisé avant 1997 par le professeur Ramnath Chellappa. Deux ans plus tard, la société Salesforce aux Etats-Unis fournit aux entreprises des applications par intermédiaires d’un site web. Cette action représente le premier pas vers le Cloud que nous connaissons.

Sa création a permis une sauvegarde centralisée des données de ses utilisateurs. Plus besoin ainsi de supprimer quoi que ce soit de son ordinateur par manque de place. Plus besoin non plus de s’embêter à transmettre des documents par mail, pour que l’interlocuteur nous les renvoie après les avoir modifiés. En clair, le Cloud a révolutionné la façon de travailler, ou simplement de gérer les données, de beaucoup de monde.

Et maintenant ?

Aujourd’hui, nous utilisons ce service dans un tas de contextes, et à raison. Stockage de documents pour éviter d’acheter un disque dur externe ou par peur d’un dysfonctionnement de l’appareil d’origine, partage de fichiers entre collaborateurs… Le Cloud est désormais quelque chose d’acquis pour la plupart d’entre nous.

Bien sûr, pour vous permettre l’accès à vous donner, vous aurez besoin d’un compte spécifique au service de Cloud que vous utilisez. Si vous craignez que celui-ci ait été piraté, ce qui pourrait porter atteinte à vos données, nous vous invitons à lire cet article.

WhatsApp : son histoire

Avec ses 2 milliards d’utilisateurs dans le monde en 2020, WhatsApp fait partie des applications de chat en temps réel les plus utilisées. Il est donc probable que beaucoup de membres de votre entourage et vous-même l’utilisent. Mais comment est née cette application ?

whatsapp

La création de WhatsApp

L’idée est née de Jan Koum à la fin des années 2000. Cet homme a grandi à Kiev en Ukraine, à l’époque rattachée à l’URSS. Il se souvient alors de ses parents qui évitaient à tout prix les conversations téléphoniques, car surveillées par les autorités soviétiques. Son but est alors de créer une application dont l’inscription ne demande qu’un numéro de téléphone. Ainsi, pas de profil qui puisse être revendu ni de messages stockés sur l’appareil, donc sujets à surveillance. Il crée ainsi l’application WhatsApp, mélange de « What’s Up » (quoi de neuf) et « App » (application), le 24 février 2009.

L’évolution de WhatsApp

WhatsApp arrive sur le marché en même temps que bien d’autres, comme Facebook Messenger ou ChatON. Elle a toutefois su se démarquer par sa simplicité. Son absence de publicité joue également en sa faveur. Le bouche-à-oreille fait ensuite son travail, et l’application se répand très vite. En 2014, WhatsApp compte 450 millions d’utilisateurs et le nombre de messages échangés quotidiennement sur l’application s’approche du nombre de SMS échangés dans le monde. L’échange de photos y est également plus important que sur Snapshat ou Instagram, dont c’est pourtant l’utilité première.

Le rachat par Facebook

En 2014, Facebook rachète WhatsApp pour 16 milliards de dollars, et Jan Koum intègre le conseil d’administration de Facebook. Mais il démissionne en 2018 suite à un désaccord au sujet de l’utilisation des données personnelles des utilisateurs. Ce qui, rappelons-le, était la source de ses motivations pour créer WhatsApp.

Par la suite, de nouvelles fonctionnalités sont proposées. Service de paiement en ligne en Inde, fonds d’écran de conversation… Des évolutions qui ont un impact sur certains. En effet, depuis cette année, WhatsApp ne fonctionne plus sur les modèles de téléphones commercialisés avant 2012. Mais avec le progrès dans le domaine, peu de gens disposent encore d’un modèle aussi ancien.

Et aujourd’hui ?

WhatsApp permet beaucoup de choses. Echange de messages, de photos, de vidéos, discussions de groupes, appels vocaux et vidéos… L’application en concurrence beaucoup d’autres. C’est sans doute pour cela qu’elle est aussi réputée, car simple d’utilisation et très pratique. Et si elle a passé le cap des 2 milliards d’utilisateurs en 2020, ce n’est pas près de s’arrêter.

En conclusion

WhatsApp n’a cessé de grandir depuis son lancement. Si vous demandez autour de vous, peu de gens ne l’utilisent pas, et tout le monde la connaît au moins de nom. Une chose est sûre : l’application continuera longtemps d’exister.

Le World Wide Web : son histoire

Nous avons la chance de vivre à une époque où nous pouvons communiquer avec des personnes à l’autre bout du monde. En quelques clics, vous pouvez discuter avec votre ami qui vit sur un autre continent. Vous pouvez aussi effectuer des achats en ligne auprès d’entreprises parfois situées à des milliers de kilomètres. Rien de tout cela ne serait possible sans le World Wide Web (WWW). Mais alors, quand et comment cette connexion mondiale s’est-elle établie ?

world wide web

L’origine du World Wide Web

C’est un chercheur britannique du nom de Tim Berners-Lee qui est à l’origine du concept, en 1989. A cette époque, il travaillait au CERN et souhaitait que les scientifiques du monde entier puissent s’échanger des informations instantanément. C’est pourquoi l’idée était de mêler les technologies des ordinateurs personnels, des réseaux informatiques et de l’hypertexte pour créer un système d’information mondial.

C’est l’année suivante, en 1990 et en collaboration avec Robert Cailliau, un ingénieur belge, que le projet prend forme. Ainsi, le premier serveur et le premier navigateur sont opérationnels à la fin de l’année.

L’ascension du Web

Si au départ seuls quelques utilisateurs avaient accès au système, Tim Berners-Lee conçoit rapidement un navigateur en ligne exécutable sur tout système. Il présente donc son projet sur une discussion Internet en août 1991, ce qui éveille alors un intérêt mondial.

Rapidement, des serveurs web sont déployés à travers le monde. Bon nombre de développeurs viennent prêter main forte au projet pour aider à le répandre. De nouveaux navigateurs voient le jour et des conférences se tiennent sur le sujet. Tim Berners-Lee quitte le CERN pour rejoindre le MIT en 1994 et fonde le W3C pour encadrer le WWW. Et ensuite, au fil du temps, la progression des technologies permet au WWW de progresser à son tour.

Le World Wide Web aujourd’hui

Désormais, le concept s’est largement démocratisé. La plupart des gens ont accès à la toile et en profitent aussi bien dans la sphère privée (réseaux sociaux, achats en ligne…) que dans la sphère professionnelle (partage de ressources, collaboration directe via des documents sur le Cloud…). Le WWW a également permis la naissance de bon nombre de métiers ! Sans lui, les créateurs de contenus en ligne (blogueurs, vidéastes…) ou encore les développeurs web ne feraient certainement pas de ces activités leur profession.

En conclusion

Finalement, le World Wide Web a révolutionné le monde. La communication peut se faire à travers le monde, le savoir est à portée de chacun grâce aux ressources publiées, que ce soit sur des encyclopédies en ligne comme Wikipédia ou sur des sites ou des blogs dédiés.

En tout cas, il est clair que, du point de vue de beaucoup, un retour en arrière, là où le WWW n’existerait pas, est difficilement envisageable.

Gary McKinnon, le hacker de la NASA

Vous avez certainement déjà entendu parler du « plus grand piratage informatique militaire de tous les temps », selon les Etats-Unis. Si c’est le cas, vous avez déjà dû entendre le nom de Gary McKinnon. Sinon, son surnom de « hacker de la NASA » vous est peut-être plus familier. Quoiqu’il en soit, nous allons vous parler plus en détail de cet homme au cours de cet article.

Présentation de Gary McKinnon

Gary McKinnon, connu également sous le nom de Solo, est né à Glasgow en 1966. Il était administrateur systèmes, mais au chômage au moment des faits à l’origine de sa célébrité. Les Etats-Unis lui reprochent d’avoir réussi le « plus grand piratage informatique de tous les temps ».

Le pirate de la NASA

Les faits ont duré plus d’un an, entre février 2001 et mars 2002. En gros, Gary McKinnon s’est introduit dans 97 ordinateurs américains appartenant à la NASA, au Pentagone, aux armées… Selon lui, son objectif était simplement de mettre la main sur des travaux confidentiels à propos des OVNI.

Au final, le coût des dégâts qu’il a causés est estimé entre 700 000 et 800 000$. Entre la suppression de fichiers critiques, des ordinateurs inutilisables… L’impact de son geste ne fut pas moindre.

Une façon de faire plutôt simple

McKinnon était en fait très surpris que personne d’autre avant lui n’ait entamé cette recherche. Il indique en effet que beaucoup de documents administratifs américains étaient sous mots de passe blancs ou très simples à deviner. Il n’avait donc même pas besoin de les pirater pour y accéder. C’est avec cet argument qu’il réfute l’accusation de piratage que les Etats-Unis lui portent. Et son geste aura au moins permis de mettre davantage en lumière le bas niveau de sécurité fédérale, déjà établi dans un rapport officiel publié en 2006.

Pour ce qui est du reste, il indique avoir procédé par « exploitation des relations de confiance ». Il pénétrait un site web militaire peu ou mal protégé, puis accédait aux plus protégés sous cette identité. Puisque ces sites se font confiance entre eux, il s’en est sorti assez facilement.

En tant que britannique, il pouvait jouer des fuseaux horaires. Quand il faisait jour chez lui, il faisait nuit en Amérique. Ainsi, il s’adonnait à ses activités à ces moments là. Il prenait contrôle des machines à distance. Ainsi, il pouvait s’en servir comme s’il était assis face à l’écran. Finalement, au cours de ses recherches, il a une fois vu le curseur bougé tout seul. En réalité, quelqu’un était présent physiquement devant la machine et s’en servait. C’est là que commence son arrestation, la sécurité étant parvenue à remonter son adresse IP.

Le procès de Gary McKinnon

Il a initialement été poursuivi en 2002, mais relâché par manque d’informations. Il est de nouveau arrêté en 2005 et cette fois, il est libéré sous caution. Mais sa liberté ne prend forme que sous conditions. Entre autres, il n’a plus le droit d’avoir accès à Internet.

En cas d’extradition aux Etats-Unis, il risque 70 ans de détention. McKinnon, qui n’a que peu confiance en le système juridique américain, déclare qu’il se battait contre ces procédures et qu’il préférait passer devant un tribunal britannique. Malgré tout, il ne put éternellement échapper à la décision d’extradition. Mais le ministre de l’intérieur britannique suspend cette dernière en 2009, en ajoutant qu’il porterait un grand regard aux éléments versés dans le dossier médical de l’accusé. En effet, les médecins lui auraient diagnostiqué un syndrome d’Asperger.

Finalement, en 2012, Theresa May annule la procédure pour des raisons de santé.

En conclusion

L’histoire de McKinnon montre bien l’importance d’un système de sécurité informatique fiable. Rien de tout cela ne serait arrivé si les sites auxquels il a facilement pu accéder avaient été mieux protégés.

C’est pour cela que, vous aussi, vous devez faire attention ! Choisissez bien vos mots de passe et modifiez-les régulièrement. Si vous pensez que vos comptes n’intéressent pas les pirates, vous faites erreur. Pour vérifier si tout va bien de votre côté, nous vous invitons à lire cet article.