Archives — Réseau social

L’identité numérique : comment la maîtriser

Définition de l’identité numérique

L’identité numérique est l’ensemble des traces numériques que l’on laisse sur internet. Au fil des navigations, les moteurs de recherche comme Google collectent et rendent publiques ces traces. Il est donc impératif de pouvoir évaluer sa propre identité numérique et de travailler dessus afin de la rendre meilleure. On appelle e-réputation l’image d’un individu renvoyée sur internet.

Identité numérique

Les différentes traces numériques

L’identité numérique se crée ainsi à partir des traces numériques laissées sur internet. En tout, il existe trois types de traces : les traces volontaires, les traces involontaires et les traces héritées.

Les traces volontaires
Réseaux sociaux
Différents réseaux sociaux

Les traces volontaires sont toutes les données qui concernent un internaute qu’il a lui-même publié. Par exemple, le profil qu’a rempli un utilisateur sur les réseaux sociaux est une trace volontaire. Il en va de même pour tout type de commentaire qu’il aurait posté par le passé. Et cela comprend les blogs, les annonces (emploi ou vente) et les CV qui sont des exemples parmi tant d’autres.

Les traces involontaires

En naviguant tout simplement sur internet, l’adresse IP permet d’identifier un ordinateur sur internet. Cependant, elle permet aussi de collecter d’autres données : heures de connexion, sites visités et temps passé, mots-clés des recherches, etc… On appelle cela des traces involontaires puisque l’internaute les crée sans s’en rendre compte.

Les cookies fonctionnent sur le même principe puisque l’ordinateur collecte et enregistre des données tout en naviguant sur internet. Ils possèdent néanmoins de nombreux usages. Premièrement, ils permettent de mémoriser les identifiants afin de rester connecter sur certains sites tels que les réseaux sociaux. Sur un site commercial, les cookies ont pour but de garder en mémoire le panier d’achat. Et les cookies permettent également de récupérer des données de navigation à des finalités statistiques ou publicitaires. C’est pour cette raison que les bannières publicitaires sur les sites correspondent souvent aux centres d’intérêt.

Les traces héritées

Les traces héritées sont toutes les données concernant un individu qu’il n’a pas lui-même publié. Ces traces regroupent ainsi toutes les publications (commentaires, photos, vidéos…) citant cet individu ou le faisant apparaître.

Comment évaluer son identité numérique ?

Google

Après avoir mentionné les différentes traces numériques qui existent, il est temps de voir comment évaluer son identité numérique. Pour ce faire, il suffit de rechercher des informations sur soi (ou quelqu’un) à travers un moteur de recherche. Lorsque la recherche se fait depuis Google, cela s’appelle « googliser ». Afin de rendre l’investigation plus efficace, voici quatre recherches à effectuer et à analyser :

  • Première recherche : Nom + Prénom. Elle permet d’avoir un point de vue global sur une personne et de voir ce qui en ressort le plus.
  • Deuxième recherche : Nom + Prénom + Réseau social. Cette recherche, plus précise, permet de savoir si Google référence des publications gênantes.
  • Troisième recherche : Nom + Prénom + Pseudonyme. Si quelqu’un utilise un pseudo sur internet, c’est en premier lieu pour rester anonyme. Alors si pour une raison ce pseudonyme est lié à une identité réelle, il serait peut-être temps de le changer.
  • Quatrième recherche : Nom + Prénom + Emploi. Cette recherche permet de savoir si l’activité professionnelle d’une personne est liée à son identité.

L’internaute qui fait ces quatre recherches sur lui possède à présent une estimation de son e-réputation. Elle représente ainsi l’image que renvoie internet sur lui. Si certaines informations ne doivent pas être sur internet, il peut tenter de les masquer ou de les supprimer. Mais est-ce vraiment utile de le faire ?

Pourquoi protéger son identité numérique ?

Il serait faux de penser que personne ne fera de recherches sur soi un jour ou l’autre. Il faut donc savoir qui serait susceptible de faire des recherches pour s’en protéger.

Dans le milieu du travail

L’une des situations les plus fréquentes qui pousse quelqu’un à faire une recherche sur un individu est la recherche d’emploi. En effet, beaucoup de recruteurs n’hésitent pas à se renseigner sur les candidats. Chaque employé possède sa propre e-réputation qui joue à un certain niveau à construire l’image de l’entreprise. Pour les recruteurs, il est donc important de choisir des personnes qui ne nuiraient pas à cette image.

Toujours dans le milieu du travail, un patron pourrait lire des messages à son encontre sur les réseaux sociaux. Il pourrait même apprendre qu’un de ses employés en arrêt maladie fait plutôt la fête. Plutôt embarrassant, n’est-ce pas ?

Dans la vie de tous les jours

Que ce soit pour les études ou pour rigoler entre amis, il peut arriver de se googliser par curiosité. Il faut donc vraiment se demander qui pourrait faire ces recherches, pourquoi, et quelles informations n’ont pas à être publiques.

À l’inverse, il existe de nombreuses personnes malveillantes qui n’hésiteront pas à chercher encore plus de détails. Ces informations sont très précieuses puisqu’elles peuvent permettre d’aller jusqu’à usurper une identité. D’autres pourront quant à elles servir à ternir une image dans le monde réel.

Comment gérer son identité numérique ?

Comme démontré ci-dessus, ne pas prêter attention à son identité numérique peut être dangereux. Il faut donc apprendre à supprimer ou masquer les éléments indésirables, tout en gardant une identité numérique valorisante.

Masquer ou supprimer des éléments

Parmi les informations faciles à masquer ou à supprimer, il y a les réseaux sociaux. En effet, après s’être connecté, l’utilisateur peut supprimer la donnée en question ou changer sa confidentialité. Si un moteur de recherche référence l’inscription à un site, l’utilisateur peut supprimer son compte ou modifier ses données.

Tandis que certaines données sont facilement effaçables, d’autres le sont beaucoup moins. Dans certains cas, les moteurs de recherche vont indexer des pages trouvables en tapant nom et prénom d’une personne. Néanmoins, la personne en question a le droit au déréférencement. Ce droit permet de demander à ne plus associer un contenu qui peut porter préjudice à un nom et prénom. Et dans le cas où une information n’est pas directement modifiable, la personne peut recourir au droit de rectification. En effet, chaque personne doit pouvoir demander à rectifier ou compléter des informations erronées la concernant.

Créer une identité numérique professionnelle
CV

Pour augmenter son e-réputation, supprimer ou masquer les informations portant préjudice est un bon début. Cependant, pourquoi ne pas tenter de faire plus ? Encore une fois, l’identité numérique représente l’image de quelqu’un sur internet et celle-ci est visible par tous. Il est donc intéressant de mettre en avant certains contenus, et de créer par exemple une identité numérique professionnelle.

Pour prouver son aisance avec l’informatique, il est à présent courant de créer son CV en ligne. Il est également intéressant de mettre en avant ses diverses réalisations numériques : blogs, sites, diaporamas ou portfolios. Ces éléments peuvent, à long terme, permettre de décrocher des contrats. La mise à jour de ces données témoigne du dynamisme de leur responsable.

Conclusion

Pour conclure, maîtriser son identité numérique est un travail sur le long terme. Il est important de réfléchir à ce que l’on publie sur internet, et de souvent réévaluer son e-réputation.

Il faut 20 ans pour construire une réputation et cinq minutes pour la détruire. Si vous gardez ça à l’esprit, vous vous comportez différemment.

Warren Buffett

Pour rester anonyme sur internet, l’usage d’un pseudonyme reste en tout cas la méthode incontournable. On conseille également de posséder des adresses e-mails différentes pour les différents usages que l’on en fait.

Il existe à ce jour diverses formations permettant de mieux utiliser l’informatique au quotidien. Pourquoi ne pas en faire partie ?

La CNIL lance une formation RGPD en ligne gratuite

La CNIL annonce le lancement d’une formation en ligne : “L’atelier RGPD”. Une formation gratuite et accessible à tous pour mieux comprendre et être opérationnel sur le Règlement Général sur la Protection des Données.

Une formation pour professionnels et curieux

L’atelier RGPD vous forme en détail sur chaque aspect du RGPD. Afin de comprendre les lois et les enjeux pour débuter efficacement la mise en conformité de son organisme. La formation s’adresse aussi bien aux Délégués à la Protection des Données, qu’aux futurs délégués, professionnels disposant d’un profil technique ou juridique (ou encore de simples curieux).

Élaboré par des experts et juristes de la CNIL, ce MOOC se compose de quatre modules. Il faudra environ cinq heures pour tous les parcourir. Des vidéos, textes, illustrations… composent chaque module, afin de mieux appréhender les enjeux. Une évaluation est ensuite accessible à la fin de la formation.

Le programme du MOOC

Les différents modules de l’atelier RGPD abordent de manière exhaustive les enjeux du traitement des données personnelles. Voici le programme :

  • Premier module : le RGPD et ses notions clés
  • Deuxième module : les principes de la protection des données
  • Troisième module : les responsabilités des acteurs
  • Quatrième module : le DPO et les outils de la conformité
formation rgpd

En fin de cursus, le MOOC délivre une attestation de suivi, mais il ne s’agit pas d’une formation diplômante ou certifiante. Cette formation est accessible gratuitement jusque septembre 2021, mais elle sera régulièrement mise à jour en fonction des évolutions du RGPD.

Besoin de plus d’informations concernant le Règlement Général sur la Protection des Données ? Ou bien encore d’informations concernant la sécurité sur internet ? N’hésitez pas à nous contacter.

Histoire de Youtube

youtube

Youtube a été créé le 14 février 2005, un jour de Saint-Valentin par Steeve Chen, Chad Hurley et Jawed Karim. Lors de sa création, la finalité principale de Youtube était alors d’être un site de rencontre, basé sur des vidéos.

Cependant, ils ont dû rapidement abandonner cette idée car personne ne postait des vidéos. Mais l’idée était toutefois intéressante. Ils ont finalement eu comme projet d’en faire une plateforme de vidéos en ligne. Où tout le monde peut poster ses propres vidéos. Cela permet de partager facilement ses vidéos en les hébergeant sur leurs serveurs.

Dès lors, Google se saisit de l’opportunité qui se cache derrière cette plateforme. Il décide ainsi quelques mois après leur création de les acheter pour 1.65 Milliards de dollars, en octobre 2006.

En 2009, environ 350 millions de personnes visitent chaque mois ce site. Le 28 octobre 2010, l’ensemble des chaînes de YouTube atteint le milliard d’abonnés. Aujourd’hui, Youtube est devenu incontournable dans le monde grâce aux nombreuses innovations offrant toujours plus de possibilités.

L’influence de Youtube est telle que depuis quelques années maintenant certaines personnes vivent grâce à Youtube. Ainsi ils se voient générer des revenus pour le moins important. On les appelle “Youtubeurs” ou “vidéastes”.

Les “influenceurs” et Youtube, un nouveau métier plein d’avenir

Le rôle des Youtubeurs est de présenter leur savoir-faire ou même de partager leur passion sous la forme d’une vidéo. Au fil du temps, ils ont ainsi tissé des liens avec leur communauté. Qui leurs font confiance au point de prendre leurs paroles comme vérité. Les Youtubeurs sont devenus des “influenceurs”. Les influenceurs sont des leaders d’opinion modernes et peuvent alors affecter les comportements d’achats.

De plus, l’influenceur instaure une certaine proximité vis-à-vis des consommateurs. Qui se voit alors considérer à la fois comme une célébrité, mais avant tout comme un ami de confiance. Aujourd’hui, les Youtubeurs sont coachés par de jeunes agences qui se spécialisent et se développent en même temps qu’eux.

Envie de vous lancer dans l’aventure Youtube ? Vous pouvez consulter nos pages sur les réseaux sociaux ou nos formations.


Instagram : son Histoire

instagram

Avant, il fallait prendre une photo, la faire développer et l’envoyer par courrier à son destinataire. Cela prenait donc plusieurs jours ! Aujourd’hui avec l’informatique et internet, il suffit d’à peine une minute pour partager sa photo avec des millions de personnes (ou au moins celles qui vous intéressent). Ceci est bien entendu grâce aux réseaux sociaux. Instagram en fait partie, mais est finalement très récent.

Instagram est une application type “réseau social”, créée en 2010 par Kevin Systrom et Michel Mike Krieger. Elle permet de communiquer principalement en partageant des photos et des vidéos. L’application peine tout d’abord à se faire connaître malgré son énorme potentiel.

C’est en 2012, que Facebook achète Instagram. Pour la modique somme de… Un milliard de dollars !

En 2015, il commence de plus en plus à rentrer dans notre quotidien. Il y a alors 400 millions d’utilisateurs. La grande majorité a entre 16 et 24 ans.

Instagram est connu pour nous avoir permis de partager et améliorer facilement ses photos avec des filtres. Mais l’évolution ne s’arrête pas là ! Ils ont ajouté des stories et la possibilité de faire des vidéos en direct.

Aujourd’hui, Instagram dépasse le milliard d’utilisateurs. Ils sont maintenant de tous les âges. Il y a 34% d’adolescents et 66% d’adultes. Les adultes utilisent principalement Instagram à titre professionnel. Les entreprises l’ont compris et communiquent donc dessus. Cela leurs permet de fidéliser leur clientèle.

Les “influenceurs” et Instagram

Le métier d’influenceur était, avant Instagram, très mal perçu. Celui-ci vous vante les mérites d’un produit, en ayant auparavant reçu une compensation de la marque. Dorénavant, ceci paraît normal, les influenceurs sont suivis par des millions de personnes. Celles-ci les suivent quotidiennement, les perçoivent comme des amis et leurs font donc confiance.

Sans prendre contact avec des influenceurs, vous pouvez bien entendu développer votre entreprise de la même façon. En étant quotidiennement sur actif sur Instagram, vos abonnés communiqueront ainsi avec vous. Ils développeront une confiance avec vous. Ils sauront alors qu’ils peuvent travailler avec vous.

Envie d’en apprendre plus ? Contactez-nous ici ou sur ” Insta ” bien sûr !

Les 10 meilleurs Facebook de Noël

De toute évidence, il est facile de se perdre parmi les milliers de pages concernant Noël. C’est pour cela que nous avons décidé de vous aider en sélectionnant nos 10 coups de cœur. Alors préparez-vous à fêter Noël en avance !

meilleurs Facebook de Noël

1 – Villages de Paris la Défense

Plusieurs photos qui vont vous faire découvrir la beauté des villages de Noël, ainsi que des vidéos pour vous partager ces merveilles.

guirlande noel

2 – Décompte 2018

Faites le décompte pour attendre que le Père Noël arrive et enfin fêter Noël avec ses proches.

guirlande noel

3 – Le Père Noël

Partagez à vos enfants ce que le Père Noël est entrain de préparer, afin de distribuer les cadeaux !

guirlande noel

4 – Marché Médiéval de Noël de Provins

Un marché de Noël qui sort de l’ordinaire ? Découvrez donc le Marché Médiéval de Provins !

guirlande noel

5 – Déco de Noël

Des photos de décorations qui vont vous étonner, ainsi que des idées pour décorer chez vous.

guirlande noel

6 – Le Marché de Noël d’Amiens

Ce site va vous permettre d’avoir des informations sur le Marché de Noël d’Amiens, mais aussi pour vous partager leurs plus belles photos.

guirlande noel

7 – Les illuminés de Noël

Partagez vos illuminations puis découvrez des photos qui vont aussi vous couper le souffle !

guirlande noel

8 – Noël en chansons et en images

Découvrez des chansons de Noël pour vous mettre dès maintenant dans l’ambiance. Ils vous diffusent aussi plusieurs images de Noël.

guirlande noel

9 – La Magie de Noël 2018

Une page très agréable, en plus on y découvre de belles choses ! Vous pouvez donc y voir de tout : sapins, marchés, neige…

guirlande noel

10 – Pâtisseries de Noël

Des sablés faciles, originaux… mais aussi fun ! Ceci afin de partager vos moments de douceur en famille.

Nous aussi nous nous prêtons au jeu sur nos pages Facebook ou Instagram, et vous ? Partagez-nous donc votre page !

YouTubeurs, Streameurs et internautes au grand cœur

En ce week-end de Téléthon, il est bon de se rappeler que face à la maladie et la misère chacun peut agir. C’est ce qu’ont compris certains “Streameurs” et “YouTubeurs” qui réalisent un contenu spécial pour les internautes, en les appelant à faire un don pour la cause qu’ils ont choisie.

youtubeurs streameurs

Ainsi plusieurs Streameurs célèbres (MisterMV, Zerator, Gotaga…) ont participé cette année à “ZEvent”, un événement caritatif au profit de “Médecins Sans Frontières” et ont récolté la jolie somme de 1 083 717 € !

Mais aussi en 2017, Jérôme Jarre, un jeune YouTubeur, parvient à récolter près de 2,5 millions de dollars pour aider la population somalienne qui souffre de la famine.

Aujourd’hui, c’est vous qui pouvez agir contre la maladie. Car faire avancer la recherche depuis son canapé est maintenant possible. Rien de plus facile, rendez-vous sur le site www.telethon.fr . Vous pouvez donner la somme qui vous convient via un formulaire sécurisé.

Vous aussi ayez bon coeur.

SEA, SEO & SEM…

SEO SEA SMO SEM

Lorsque vous commencez pour la première fois une campagne de référencement, ou de webmarketing, vous vous retrouvez face à plusieurs acronymes : SEM, SEO, SEA, SMO… Il n’est pas simple de s’y retrouver dans ces différentes techniques proches mais cependant éloignées. Il y a un point commun dans ces techniques : SE, pour Search Engine ou Moteur de Recherche (Google, Bing, Qwant…) en français.

 

 

Le SEA : Search Engine Advertising

Le SEA est une technique pour amener des visiteurs sur votre site, via la publicité. Celles-ci peuvent être, par exemple :

  • les premiers résultats que l’on retrouve sur les moteurs de recherche
  • les publicités affichées sur différents sites ou réseaux sociaux
  • les annonces pendant des vidéos Youtube

Il existe ensuite différentes méthodes comme le CPC (Coût Par Clic, vous payez quand un visiteur arrive sur votre site) ou le CPM (Coût Pour Mille, vous payez tous les mille affichages de votre publicité). Puis chacune des méthodes fonctionne par un système d’enchère : plus vous payez par rapport à vos concurrents, plus votre site sera visible.

L’avantage du SEA est qu’il donne des résultats rapidement visible, mais si vous l’arrêtez, votre taux de visite va descendre en flèche.

 

Le SEO : Search Engine Optimization

Si le SEA peut se rapprocher du marketing traditionnel (cela ne reste que des publicités que l’on paie pour être visible), le SEO n’est dédié qu’à internet. Avec le SEO, nous recherchons à faire remonter votre site dans les premières pages des moteurs de recherche.

Comment cela fonctionne ? Difficile à dire sans être trop technique, mais c’est un ensemble de méthodes pour “plaire” à l’algorithme de google. En plus celui-ci évolue constamment… Il y aurait plus de 2000 critères ! On peut cependant en retenir quelques-uns:

  • se concentrer sur un mot-clef par page
  • faire attention à votre orthographe et à votre grammaire
  • être clair et précis
  • ne pas copier/coller le contenu d’un autre site
  • avoir des liens externes vers votre site

Et oui, “spammer” un mot-clef sur une page (en blanc sur fond blanc…) ne fonctionne plus, bien au contraire, cela peut vous faire descendre !

L’avantage du SEO est qu’il est durable, une fois que vous êtes dans les premiers résultats, vous y restez. Cependant, cela peut prendre du temps en fonction de vos concurrents.

 

Le SMO : Social Media Optimization

Encore trop souvent délaissé, le SMO est votre présence sur les réseaux sociaux. Attention, il ne suffit pas d’avoir une page Facebook et de la laisser à l’abandon : il faut aussi la rendre active, en postant régulièrement et en répondant aux messages. En moyenne, il est bon d’être présent sur deux réseaux sociaux avec une activité régulière.

formule SEO SEA SMO SEM

Et le SEM ? Le Search Engine Marketing

Le SEM signifie, littéralement, le marketing sur les moteurs de recherche. Ce qui peut se simplifier par : le référencement. C’est donc le regroupement de toutes les autres techniques que nous venons de voir. Nous vous aidons à mettre en place vos campagnes de webmarketing, dans notre section dédiée.

Qu’est-ce que le “Growth Hacking” ?

Littéralement, le “Growth Hacking” signifie “piratage de croissance”, cependant cela n’a rien à voir avec des techniques de malversation. Au contraire, il fait partie du marketing moderne en allant beaucoup plus loin. En rejetant la prospection agressive du marketing, il cherche à plaire aux clients avant de rechercher le bénéfice.

Pourquoi un nom mi-marketing mi-technique ?

En 2010, son créateur, Sean Ellis, souhaitait mettre à profit ses compétences en informatique au service du marketing. Un bon “Growth Hacker” doit alors être compétent dans plusieurs domaines :

  • le marketing, qui reste la base du concept
  • en analyse de données
  • en SEO (Search Engine Optimization) pour être au courant des nouveautés sur le référencement
  • en culture web, afin d’être à jour sur les nouveautés
  • en développement pour mettre au point de nouvelles fonctionnalités
  • mais aussi en psychologie sociale, en anthropologie… pour certains, afin de s’intéresser aux attentes et aux habitudes du public

Le “Growth Hacking” est donc un ensemble de plusieurs techniques issues de différents univers, afin de mieux s’adapter à l’évolution d’internet.

En détail, ça consiste en quoi ?

Le “Growth Hacking” tourne autour d’un système de tunnel : la matrice AARRR. Celle-ci se décompose en 5 étapes :

  • l’Acquisition, cette étape est la même qu’en marketing traditionnel. Vous recherchez à avoir des visiteurs sur votre site. Le marketing s’en occupe et met en place des méthodes pour améliorer vos performances. La première page que vos visiteurs voit est donc primordiale. Si elle ne possède pas les éléments attendus (informations, contact…) vos visiteurs repartiront.
  • l’Activation, à partir de cette étape nous ne rentrons plus dans le domaine du marketing, qui se contente d’amener des clients sur votre site. Maintenant, nous cherchons à le faire participer et à rester. C’est pourquoi il est primordial d’appeler votre visiteur à l’action, en le faisant cliquer sur un lien de contact, découvrir une offre, s’inscrire à une newsletter…
  • la Rétention, votre visiteur a aimé votre site, il a même réalisé une action (ou plusieurs sur votre site). C’est maintenant à vous de lui montrer que vous l’aimez en lui proposant des mises à jours, des articles réguliers, des offres promotionnelles, organiser des événements…
  • le Revenu, votre visiteur se plaît sur votre site, il s’y sent bien. Il devient client en effectuant un achat.
  • le Referral, vos clients deviennent maintenant vos ambassadeurs. Ils ont l’habitude de venir sur votre site, voir faire des achats, ils vous font confiance. Leur parole sur les réseaux sociaux est un signe de qualité pour leurs amis, qui passent alors en étape d’Acquisition.

Aucune de ces étapes ne doit être mise de côté, chacune est indispensable à la suivante.

growth hacking

C’est bien sympa d’expliquer tout ça, mais cela fonctionne ?

Voici quelques exemples connus, vous pouvez vous en inspirer pour lancer une entreprise (ils ont tous commencé avec peu de budget) :

  • Youtube a permis aux vidéastes d’insérer leurs vidéos sur leurs propres sites ou blogs. La popularité de Youtube a démarré tout de suite en flèche.
  • Spotify partageait sur Facebook la musique que vous écoutiez (avec un lien vers leur site bien entendu). Vos amis étaient alors invités à faire de même.
  • DropBox offrait gratuitement de l’espace de stockage en invitant vos amis à créer un compte.
  • Hotmail qui plaçait comme signature “PS : I love you. Get your free E-mail at Hotmail”. Technique simple mais diablement efficace, Apple a réutilisé la même technique avec l’Iphone.
  • Twitter, donc les inscriptions ne décollait pas, a eu l’idée de proposer des personnes à suivre dès la fin de l’inscription. Faisant ainsi vivre votre fil d’actualité.

Ils ne vous restent plus qu’à vous lancer !

Réseaux sociaux et Community Manager

Communication

Un réseau social est un site internet qui permet à un utilisateur de créer une page “profil”. Il peut ainsi facilement partager des informations, photos ou vidéos avec les personnes de son choix.

Il existe différents types de réseaux sociaux :

  • généralistes (Facebook, Twitter…)
  • professionnels (LinkedIn, Viadeo…)
  • de rencontre (Meetic, Edarling…)
  • les réseaux politiques ou de services

Certains réseaux sont “multitâches”. Prenons l’exemple de Facebook. Il peut être utilisé à des fins privées, pour rester en contact avec ses amis et sa famille, comme à des fins professionnelles. En effet, selon le rapport “State of Inbound” de Hubspot : 74 % des utilisateurs Facebook l’utilisent à des fins professionnelles.

Le métier de Community Manager est né dans ce besoin qu’ont les entreprises de suivre ce progrès dans la communication. Le Community Manager est un véritable ambassadeur de la marque, il gère les réseaux sociaux de l’entreprise en ajoutant du contenu et en répondant aux différents commentaires ou messages. Par exemple, un utilisateur qui vient signaler sur le site l’achat d’un objet défectueux, obtiendra une réponse du Community Manager qui apportera une solution auprès du client et fera remonter les remarques auprès de la société.

Ce métier tout nouveau est de plus en plus répandu et continue à se développer.